×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'ONDA bénéficie de la croissance du trafic aérien

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· Un chiffre d'affaires en progression en 1998 mais des investissements en baisse
· Les aéroports aménagent leurs terrains pour accueillir 3.000 unités de production


Débordant de fierté, M. Ahmed El Biaz, directeur général de l'Office National des Aéroports (ONDA), ne tarit pas d'éloge sur les mérites de son établissement. Pour cause, 1998 et 1999 ont été des années de croissance pour son institution. Plus encore, l'efficience de la gestion, selon le DG de l'ONDA, ouvre la perspective d'une ouverture du capitale. Une réflexion est engagée dans ce sens. Toujours est-il que si ouverture il y a, il faudrait qu'elle bénéficie au capital marocain sans pour autant déroger à la mission de service public de l'établissement.
Le lendemain de la réunion de son Conseil d'Administration, tenu le jeudi 7 octobre, les résultats d'exploitation de l'office sont rendus publics. Le chiffre d'affaires de l'ONDA s'est apprécié de 20,84%, passant de 770,8 millions de DH en 1997 à 904,8 millions (l'ONDA pocède le réseau national des aéroports que les compagnies aériennes exploitent moyennant une redevance).
La conjoncture y est pour quelque chose. Les statistiques internationales font ressortir une croissance de 9,4% du transport aérien en Afrique.
L'acteur principal de la relance a été la Royal Air Maroc. Celle-ci a adopté une politique commerciale basée sur l'augmentation de l'offre sur les principaux marchés émetteurs de passagers vers le Maroc. De même qu'elle a accompagné ces offres par une réduction des tarifs et par une politique de promotion sur les marchés touristiques importants. Regional Air Lines n'est pas en reste. La hausse de son activité grâce aux partenariats avec des compagnies internationales a participé à cette progression.
L'impact de cette évolution n'a pas été des moindres sur le trafic portuaire au Maroc. L'ONDA affiche une importante croissance en 1998. Ainsi, le trafic passagers s'est accru de 16,2%, les mouvements d'avions de 24,3%. Le fret, lui, reste l'enfant pauvre du secteur avec une maigre progression de 2,6%.
Jusqu'en octobre 1999, la croissance s'est consolidée, mais à faible mesure. Le trafic passager a affiché une augmentation de 10,6%, les mouvements d'avions de 4,9%, alors que le fret a rebondi de 8,8%.
Quatre aéroports ont fortement bénéficié de cette reprise: Ceux de Casablanca, Agadir, Marrakech et Tanger. Les autres aéroports ont eu, eux aussi, leur part du gâteau à l'exception notamment de celui d'Errachidia.

Investissements: Moins que prévu


Sur le plan investissement, le programme mis en place en 1998 a subi une contraction. D'un montant initial de 849,3 millions de DH, l'ONDA n'a engagé que 276,4 millions de DH. La revue à la baisse de l'investissement est due à "la réalisation d'opération par ordre de priorité en fonction des besoins immédiats", indique simplement M. El Biaz. Parmi les réalisations soulignées par ce dernier, figure l'état d'avancement des travaux de l'aéroport de Nador. L'achèvement des travaux est prévu pour 2001, mais d'ores et déjà l'Office annonce la possibilité d'atterrissage des avions à Nador. L'infrastructure de ce dernier, lui permettant d'accueillir des Boeing 747, n'aura pas d'impact sur les aéroports avoisinants. C'est dans ce sens qu'Oujda a été dotée d'une piste pour accueillir les gros porteurs. Les autres projets réalisés ont porté sur l'amélioration de la capacité d'accueil des aéroports, des systèmes de navigation, du contrôle et de la sécurité. D'autres encore attendent l'aval du gouvernement comme notamment le projet de construction d'un nouvel aéroport dans les provinces du Sahara. L'ONDA participerait dans le financement de ce projet à hauteur de 120 millions de DH.
Dans le but de se conformer aux règles de navigation internationales, l'Office est sur le point de se doter d'un avion laboratoire pour le calibrage en vol. Ce projet, en cours de finalisation, a été développé avec le constructeur espagnol Casa.
Sur le volet contrôle aérien, l'Office achève la construction d'un centre de formation de contrôleurs. Cet établissement vise à combler le déficit en contrôleurs et électroniciens de la sécurité aérienne, suite aux départs en retraite.
Le bug 2000, lui, mobilise actuellement 14 millions de DH. Selon les responsables de l'ONDA, les équipements sont prêts à affronter le bug. Il reste quelques retouches à porter.
Loin de l'exploitation propre de l'Office, L'ONDA projette d'aménager les terrains des aéroports pour accueillir 3.000 petites unités de production. A peu près de 15.000 emplois pourraient y être créés. De même, le gardien des aéroports est en négociation avec des groupements espagnols pour la création du village espagnol de la technologie.

Khalid TRITKI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc