×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Loisirs: Enfin un parc digne de Casablanca?

    Par L'Economiste | Edition N°:2785 Le 27/05/2008 | Partager

    . L’appel d’offres lancé pour Sindibad. Un projet intégré sur 69 ha Un appel à manifestation d’intérêt international a été lancé par la wilaya du Grand Casablanca et le Conseil préfectoral de la métropole pour le réaménagement de la zone d’animation intégrée de Sindibad. «L’investissement nécessaire pour cette opération est d’environ 470 millions de dirhams, dont 75% du programme prévu pour le parc d’attractions devront être réalisés dans un délai maximum de deux années à partir de la signature de la convention de concession», a indiqué, à L’Economiste, Saïd Hasbane, président du Conseil préfectoral de Casablanca. Les autres composantes devront être achevées dans un délai de six ans. «Aujourd’hui, Casablanca a besoin d’offrir non seulement à ses habitants, mais également à ses touristes, un vrai parc d’attractions aux standards internationaux tant au niveau de la diversité de l’offre qu’à celui de l’aménagement des infrastructures et des espaces paysagers», indique Hasbane. C’est donc une véritable mise à niveau de tout le site qui est envisagée. En effet, installé à proximité des «carrières Schneider» qui comprennent un grand site de fouilles archéologiques, Sindibad dispose déjà d’importantes voies d’accès. En plus, un grand projet de centre commercial et de loisirs est en cours de construction juste en face. «Nous voulons un parc d’attractions qui propose des loisirs de qualité, mais à des prix modérés pour qu’«il soit accessible à toutes les couches sociales», souligne le président du Conseil préfectoral. Sindibad devra en fait être conçu comme un parc d’attractions classique. C’est-à-dire qu’il doit procurer les sensations les plus fortes aux publics de tous les âges et rester un lieu de promenade et de détente. Le site Sindibad sera réaménagé sur une superficie de 37 hectares alors que 28 autres seront dédiés à des programmes immobiliers et hôteliers. Il est également prévu la construction d’un musée archéologique sur 4 hectares. A signaler que le total de l’assiette foncière destinée à tout le projet (soit 69 hectares) relève du domaine forestier et du domaine privé de l’Etat. Reste la question des 50 personnes travaillant actuellement au sein du parc. Le cahier des charges stipule que c’est l’opérateur bénéficiaire de la concession (25 à 30 ans) qui devra «mettre en place les modalités pour assurer leur départ volontaire moyennant indemnisation». Tout comme il peut en garder une partie ou la totalité d’un commun accord. Concernant la carrière Schneider, c’est à l’opérateur que revient la charge de relogement des 700 familles habitant ce bidonville. Deux formules sont proposées par le cahier des charges: l’opérateur conçoit à leur profit un programme immobilier et bénéficiera dans ce cas d’une subvention de 40.000 dirhams par ménage qui lui sera versée par l’Etat à travers le Fonds de solidarité de l’habitat (FSH) ou bien, après accord avec les familles, procédera au versement d’une indemnisation forfaitaire à chaque ménage en contrepartie de l’évacuation du site. En outre, l’opérateur retenu devra dans le cadre de son programme d’investissement construire sur le site un musée archéologique qu’il devra céder sans contrepartie au ministère de la Culture. Tout comme il lui est fait obligation de préserver le site des fouilles dont la gestion et l’exploitation seront assurées par ce même département.A noter que la date limite de dépôt des dossiers a été fixée au 20 juillet. L’ouverture des plis est, elle, vers la fin du même mois.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc