×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

Loi formation-insertion : Le déficit de communication limite la portée

Par L'Economiste | Edition N°:203 Le 09/11/1995 | Partager

Face à la montée du chômage, les pouvoirs publics mettent en place quelques dispositifs de lutte. Faute d'information efficiente, les résultats ne suivent pas.


Deux ans après son adoption, la loi formation-insertion ne fait pas encore recette. Pour cause, outre une conjoncture économique morose, ce dispositif de lutte contre le chômage souffre d'un lourd déficit de communication. Auprès de la commission sociale de la CGEM, qui estime avoir bien mené son travail de vulgarisation et d'incitation au niveau des entreprises membres, il est expliqué que les autres ne sont pas bien informées et que la plupart ignorent la loi. Solution préconisée: le Ministère du Travail et les CIOPE (Centres d'Information et d'Orientation pour l'Emploi) en particulier devraient aller vers l'entreprise pour expliquer la loi. Avis partagé par le CNJA, initiateur du texte, qui suggère toutefois "une mobilisation plus effective du secteur privé".
Cette loi, promulguée en 1993, est un dispositif de droit très souple, incitatif et en mesure de contribuer à la flexibilité souhaitée du marché du travail. Il est caractérisé par le principe de la liberté d'embauche. L'entreprise n'est en aucun cas obligé de recruter le stagiaire au cours ou à l'expiration du stage de formation qui s'étale sur une période de 18 mois non renouvelable. Le stagiaire perçoit une indemnité variant entre 1.600 et 2.600 DH et ne peut poursuivre l'entreprise pour indemnité de rupture. Celle-ci est exonérée des cotisations patronales et salariales dues à la CNSS et de la taxe de formation professionnelle au titre des indemnités versées aux stagiaires.

Structure d'intermédiation


Malgré des avantages certains, le bilan est décevant. Pour un objectif d'au moins 4.000 postes de stagiaires par an, 1.314 avaient été créés en décembre 1994. Au total, les techniciens comptent pour 24,89%. Suivent les licenciés, les bacheliers et les titulaires du DEUG avec respectivement, 21,69, 18,34, et 17,50%. Le reste est partagé entre les ingénieurs d'application, les informaticiens, les ingénieurs d'Etat et les architectes, entre autres.
Par zones d'activité, Casablanca totalise 705 postes. Rabat et Kénitra ont contribué respectivement pour 202 et 22 postes de stagiaires. Le reliquat concerne les autres zones.

Vu les besoins, les résultats auraient toujours été insuffisants. Cependant, le parcours au niveau de l'entreprise pourrait permettre aux postulants de construire un avenir qui demeure encore incertain.
Au-delà du faible impact de la loi formation-insertion apparaît la nécessité d'une organisation plus cohérente du marché de l'emploi. Pour le CNJA, il existe une unanimité sur la nécessité économique et sociale de créer une structure d'intermédiation et d'institutionnaliser le fonctionnement du marché du travail. L'initiative de créer les CIOPE dépendant du Ministère du Travail à travers les principales villes du pays "est heureuse, mais de portée limitée face aux besoins réels du marché du travail et aux multiples composantes de la fonction d'intermédiation". En fait, ces structures sont orientées vers un type d'intermédiation étroite destinée à un segment restreint de demandeurs d'emplois, en particulier certains diplômés et lauréats des centres de formation. De même, elles limitent leurs actions à l'accueil des jeunes, à l'enregistrement de leurs demandes et à une prospection restreinte auprès des entreprises, compte tenu des moyens mis en oeuvre et des contraintes liées à l'absence d'autonomie de gestion.
Il est souligné que les opérations d'intermédiation devraient plutôt être le fait d'un organisme ayant une personnalité affirmée dont la rationalité de gestion constitue une exigence absolue de réussite.
Outre le montage et la mise en place, en liaison avec les opérateurs habilités, de programmes d'adaptation et de formation-insertion, la structure doit assumer une mission d'information, d'études et d'enquêtes relatives au marché de l'emploi.

Alié Dior NDOUR.



  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc