×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Logement social: Encore des efforts!

Par L'Economiste | Edition N°:2308 Le 29/06/2006 | Partager

. Ça construit partout, mais le déficit est encore là. 31 milliards investis dans l’immobilier en 2005Les promoteurs immobiliers ont du pain sur la planche. Pour une demande estimée à 125.000 logements/an, la production s’élève seulement à 100.000 unités. Le déficit total est évalué à plus de 1,3 million d’unités, dont 80% dans le logement social. Et ce, malgré les multiples programmes de promotion de ce créneau. Pour la première fois en 2005, le Maroc a franchi la barre des 100.000 logements sociaux construits contre 45.000 habituellement, dont 61% réalisés par le secteur privé, selon la tutelle. Les investissements connaissent également une grande accélération. Ils sont passés de 24,9 milliards de DH en 2002 à 31 milliards en 2005, a indiqué Driss Nokta, président de l’Association des promoteurs immobiliers de la région du Grand Casablanca (Aprim). C’était lors de la journée de la promotion immobilière, organisée le 27 juin à Casablanca en partenariat avec Wafa Immobilier et le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, sous le thème «Promotion immobilière et développement humain». Comme le rappellera Nokta, le BTP joue un rôle non négligeable dans la croissance du pays. Il a participé, en 2005, à 5% au PIB (plus de 23 milliards de DH) et emploie quelque 700.000 personnes. Pour Miloud Chaâbi, président du groupe Ynna Holding, le secteur souffre, toutefois, de plusieurs handicaps. Avec son franc-parler habituel, le promoteur a pointé du doigt l’administration qui n’arrive pas à «suivre le rythme». Beaucoup de projets attendent toujours à cause de la lenteur et de la complexité de certaines formalités administratives. «Il faut s’unir pour défendre nos intérêts communs», a lancé Chaâbi, dont l’intervention improvisée a été longuement applaudie par les promoteurs présents dans la salle. La journée, ponctuée par la visite de plusieurs chantiers à Casablanca, a été l’occasion pour la signature d’une convention de partenariat entre l’Aprim et Wafa Immobilier. Des taux préférentiels, dont on ne connaîtra pas les niveaux, seront accordés aux acquéreurs de logements auprès des promoteurs membres de l’Aprim. Ce partenariat est «un autre témoignage de la participation active de Wafa Immobilier à la vulgarisation et la généralisation du crédit logement à toutes les catégories sociales», a indiqué Noureddine Charkani Ouazzani, président du directoire de Wafa Immobilier. Selon lui, le secteur bancaire intervient pour 20% dans le financement de l’immobilier. En 10 ans, l’encours des crédits a plus que triplé (207,6%) avec un rythme de 13,5% l’an. Wafa Immobilier revendique 18% de parts de marché. Mais depuis 2003, la concurrence entre organismes de crédit est de plus en plus vive avec parfois des taux de 6,5% HT pour les promoteurs. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc