×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

L'OCP relance ses investissements

Par L'Economiste | Edition N°:1633 Le 29/10/2003 | Partager

. 1,585 milliard de DH dans l'élévation de sa production et de sa productivité . Une nouvelle usine à Youssoufia, exploitation que l'on disait condamnée. La moitié des marchés sera passée avec des PME marocainesPour la plupart, les investissements que le groupe OCP a conventionnés hier sont en cours de construction.Mais ce n'est peut-être pas un hasard si Driss Jettou, Premier ministre et président es-qualité du groupe OCP (dont il est aussi un ancien directeur général), a fixé la date de la signature officielle à la première semaine du ramadan: une manière de bien souligner que le mois sacré ne doit pas ralentir le rythme du travail et des investissements. C'est en tout cas ainsi que le comprend Mourad Chérif, l'actuel directeur général, lequel assume son deuxième mandat à la tête du groupe phosphatier.En dehors de l'augmentation de la production d'engrais, les investissements en cours ont deux significations: élever la productivité et abaisser la pollution comme la consommation d'énergie.Revamping à KhouribgaAinsi, une partie importante des investissements sert à exploiter des phosphates pauvres, qui sans cela ne seraient pas valorisés (voir encadré). Par exemple, la laverie de Daoui à Khouribga est “revampée” pour 130 millions de DH. Le revamping est une opération industrielle de mise à niveau des équipements, qui permet d'augmenter la production ou la productivité, ou encore les deux, sans refaire en totalité cet équipement. Avec ces 130 millions de DH de revamping, la laverie de Daoui traitera 8 millions de tonnes par an, au lieu de 6 millions aujourd'hui. Cet équipement sera opérationnel fin 2005, indique l'OCP.A Youssoufia, ce n'est pas du revamping mais une nouvelle usine, pour enrichir 2,8 millions de tonnes de phosphates pauvres par an. La mise de fonds est de 360 millions de DH et cette ligne sera opérationnelle fin 2005-début 2006. Mais les experts de l'OCP pensent qu'ils pourront pousser un peu la production, et peut-être la porter à 3 millions de tonnes. Lorsque cette ligne sera opérationnelle, elle remplacera les installations de Safi, explique Mourad Chérif. La ligne traitera les phosphates pauvres de Benguerir, ainsi que ceux de la “Recette 6, mine à ciel ouvert exploitée depuis 1999. On pensait que la zone de Youssoufia, autrefois dédiée à l'exploitation souterraine, se terminerait avec la fin de cette exploitation souterraine. “Il n'en est rien, souligne le directeur de l'OCP, puisque grâce aux procédés mis au point et aux investissements que nous faisons, la zone a à nouveau un avenir”.. Une niche de SSPToujours dans le groupe OCP, mais opérée directement par sa filiale Maroc Phosphore, une nouvelle usine est en construction à Jorf Lasfar. C'est le plus gros des investissements dont la convention avec l'Etat a été signée hier, à Rabat: 735 millions de DH. Cet investissement a déjà été présenté aux lecteurs de L'Economiste (www.leconomiste.com), car ce sera probablement une des plus grosses usines dans le monde: 850.000 tonnes de DAP par an. L'usine sera opérationnelle pour le deuxième semestre de 2005 et comprend aussi des extensions de stockage à Jorf Lasfar.A côté de ce monstre, “l'atelier de SSP”, comme dit Mourad Chérif, paraît un peu petit. Mais ce sera la première fois que Maroc Phosphore produit lui-même du SSP, simple super phosphate. “C'est moins compliqué à faire que le DAP, indique Chérif, et c'est ce que veut une des niches du marché mondial des phosphates”. Pour un investissement de 60 millions de DH, le “petit atelier crachera” ses 400.000 tonnes de SSP par an. La technologie du SSP vient des travaux de l'OCP pour le compte de l'usine de Grand Paroisse, qui opère près de Rouen en France. Le contrat de 6 ans est terminé depuis l'année dernière et avait été renouvelé pour l'année en cours. Dans quelques semaines, les installations de Rouan seront fermées et l'acide phosphorique sera livré directement à partir du Maroc.Enfin, pour 300 millions de DH, le groupe OCP, toujours à travers sa filiale Maroc Phosphore, va transformer son unité phosphorique de Safi. Le groupe, pour des raisons d'environnement et d'économie d'énergie, veut passer du procédé dit “simple absorption” au procédé “double absorption”. “Ce qui nous mettra au top des standards internationaux”, annonce Mourad Chérif, avec moins d'émission de SO2 et de CO2 dans l'atmosphère. L'unité transformée sera opérationnelle en 2005.


Valoriser des «phosphates pauvres»

La valorisation des phosphates pauvres, c'est-à-dire en teneur inférieure aux taux habituels, est un objectif que s'est fixé tout le groupe OCP depuis cinq-six ans. Deux problèmes derrière cet objectif: ne pas transporter parfois sur de grandes distances, des matières inutiles, traiter des couches déjà extraites pour pouvoir atteindre une autre couche plus riche. C'est le cas de la couche dite “Couche 3 de Sidi Chénane”, fameuse dans le milieu des ingénieurs des mines, qui a déjà été largement enlevée pour exploiter la couche inférieure. Cette couche 3 a été stockée en attendant la conclusion des essais de valorisation.En effet, le groupe OCP, et spécialement deux de ses filiales dédiées à la Recherche & Développement, Smessi et Cerphos, avaient lancé une usine-pilote, pour tester un procédé de flottation qu'il avaient mis au point. Le procédé n'a pas de nom spécifique en dehors de celui de son brevet, dûment déposé. Naturellement, la taille de l'usine-pilote était dans les ordres de grandeur du N° 1 mondial de l'exportation des phosphates: 600.000 tonnes par an!Le procédé fonctionnant comme prévu, il est donc étendu avec les investissements en cours.N.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc