×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

L'OCDE révise à la hausse ses prévisions de croissance pour 1999

Par L'Economiste | Edition N°:510 Le 19/05/1999 | Partager

· Le tableau global masque des disparités
· Certains pays d'Asie en crise se rétablissent plus vite que prévu
· Les Etats-Unis risquent un revirement de conjoncture l'année prochaine


L'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) estime que la situation économique dans les pays industrialisés s'est améliorée, apparaissant désormais plus satisfaisante qu'il y a six mois. De ce fait, elle revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour cette année à 2,2% au lieu de 1,7% en novembre dernier. Essentiellement parce que l'économie américaine s'avère cette année plus florissante que prévu.
En revanche, elle les revoit à la baisse pour l'an 2000 à 2,1% (0,2 point de moins par rapport à novembre). Tels sont les chiffres publiés mardi dernier dans son rapport semestriel.
L'Organisation note que "les marchés ont retrouvé la confiance et certains pays d'Asie, comme la Corée par exemple, frappée dès le début de la crise en 1997, se rétablissent plus vite que prévu".
Sur la période 1999-2000, l'inflation devrait demeurer faible pratiquement dans l'ensemble de ses 29 pays membres et le chômage rester inchangé. Pour l'Europe, l'OCDE estime que le niveau élevé de confiance des consommateurs et une reprise graduelle des marchés d'exportation devraient "engendrer une accélération de la croissance durant 1999". En l'an 2000, l'UE devrait même afficher la croissance la plus forte des grands ensembles mondiaux, soit 2,4%.
Le chef économiste de l'OCDE, Ignazio Visco, a toutefois relativisé en affirmant mardi à Paris que l'Organisation "n'est pas très optimiste" et que "les taux de croissance prévus n'ont rien d'exceptionnels".
Le tableau global masque de fortes disparités entre le dynamisme des Etats-Unis, le marasme continu du Japon et le ralentissement de la croissance en Europe, principalement à cause de l'Allemagne et de l'Italie. L'Organisation prévoit par ailleurs un ralentissement marqué de l'économie américaine l'année prochaine, à 2% contre 3,6% projetés cette année. Elle souligne en particulier les "déséquilibres croissants" qui caractérisent l'économie américaine: marchés boursiers historiquement élevés, épargne des ménages très faible et un déficit grandissant du solde des opérations courantes. Elle relève que "le ralentissement serait dû au durcissement attendu de la politique budgétaire et au tassement de la croissance de la demande sur l'investissement privé".
Pour ce qui est du Japon, l'OCDE ne cache pas son pessimisme. "Malgré des progrès, les perspectives demeurent peu encourageantes et il ne faut plus attendre grand-chose des politiques de relance du gouvernement". Pour ce qui est des pays de la zone Euro, ils devraient adapter et coordonner au mieux leurs politiques budgétaires, fiscales et structurelles "pour éviter que leurs économies ne prennent des chemins trop divergents".

Nadia BELKHAYAT (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc