×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    L'OCDE dénonce l'inflation espagnole

    Par L'Economiste | Edition N°:22 Le 26/03/1992 | Partager

    L'ESPAGNE doit "prendre d'urgence des mesures pour enrayer l'inflation et mettre un terme à la dégradation tendancielle de la compétitivité extérieure" a indiqué l'OCDE dans son rapport publié vendredi 20 Mars. Après cinq années d'expansion. L'Espagne est entrée depuis 1990 dans une "phase d'ajustement". La croissance de son PIB n'a atteint que 2,5% contre 3,7% en 1990 et 4,7% en 1989.
    Ce ralentissement devrait encore se prolonger cette année.
    L'économie du pays ne connaîtra une reprise sensible qu'à moyen terme et à deux conditions: une reprise chez ses principaux partenaires commerciaux et une cure de désinflation généralisée.
    L'Espagne a, toujours selon l'OCDE, besoin de faire d'énorms progrès si elle veut véritablement renouer durablement avec la croissance. Elle doit non seulement combattre l'inflation par les moyens classiques de politiques monétaire, budgétaire et salariale mais également réduire les dépenses sociales jugées trop généreuses, lutter contre la fraude, contrôler les allocations de chômage, la fraude fiscale etc ...
    Hormis toutes ces mesures, le thème central de l'analyse de l'OCDE demeure la lutte contre l'inflation. La hausse des prix doit être ramenée "au taux moyen des partenaires du système monétaire européen. Mais pour atteindre cet objectif, toute la population doit apporter son concours et ce, sur tous les plans: politique économique et social.
    Aux yeux des économistes de l'OCDE, les employés espagnols devront modérer leurs revendications salariales, tout en acceptant une plus grande mobilité. De même un "changement de mentalité de la part des professions libérales, des artisans et autres travailleurs indépendants seront indispensables. Le rapport de l'organisation internationale ajoute que l'introduction d'une plus forte concurrence dans les services est incontournable si l'on veut mettre un terme au dérapage des prix du secteur tertiaire.
    Les recommandations de l'OCDE, aussi tranchantes que sévères ont été largement prises en couple par le gouvernement Gonzalez, dans son plan de convergence pour l'union économique et monétaire.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc