×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'Istiqlal se déride

Par L'Economiste | Edition N°:621 Le 21/10/1999 | Partager


· Ouvert sur les forces sociales, pressé et bilingue
· Le politique ne peut plus mobiliser la population


Parlez français, ou même anglais si cela vous dit. L'Istiqlal ne fait plus de zèle sur l'arabisation, y compris dans ses propres manifestations. C'est qu'il veut gagner les esprits des élites bilingues et largement francophones dès qu'il s'agit d'économie ou d'affaires. La journée sur le développement et la conférence de presse de la semaine dernière furent l'occasion d'une opération de charme du plus vieux parti politique du Maroc; il veut montrer qu'il se prépare au 21ème siècle et surtout aux prochaines élections.
Autre signe, la commission économique chargée de préparer ces manifestations a volontairement oublié les ministres et les "barons" à l'exception du secrétaire général. Les leaders politiques qui parlent ont été remplacés par la "relève" qui écoute les représentants des ONG, des affaires ou de l'art. La communication passe à travers toute la presse et non la presse du Parti.

Autosatisfaction


Les organisateurs ne font aucune difficulté à reconnaître les déceptions des citoyens vis-à-vis du gouvernement auquel ils appartiennent. Allez-vous en sortir? "Non, nous sommes un partenaire de la coalition et nous comptons le rester", El Ouafa. C'est le "soutien critique" annoncé au début de l'alternance, mais qui devient un peu plus critique. Voulez-vous un remaniement? Non un "resserrement". Cela veut dire réduction des effectifs et responsabilité en commun, "actuellement chaque ministre n'assume que son département". Voulez-vous des élections anticipées? "Surtout pas". Une réforme constitutionnelle? "Encore moins". Même si beaucoup reste à faire pour la vie locale et régionale, "le politique ne mobilisera plus la population" et la "démocratie est pour la population un passage à plus de bien-être et non un but en soi".
Alors que fait l'Istiqlal à écouter la société?
Il y a une "autosatisfaction" au sein de la Koutla après la "réforme politique", c'est-à-dire les deux Chambres et l'avènement de l'alternance. Or, pour les citoyens, tout cela est aujourd'hui de l'acquis, "ils attendent les résultats de ces réformes politiques sur leurs revenus". Et le Parti craint de "perdre la partie politique sur le terrain économique et social". Le Premier ministre et les membres du gouvernement seraient heureux des équilibres budgétaires et du confort du Trésor. Mais quid de la croissance des affaires et de l'emploi? Ils seraient peu sensibles d'après l'Istiqlal et en tout cas beaucoup trop lents à agir.
Cela, c'est l'analyse de toute l'opinion publique, qui a fondé ses espoirs dans l'alternance, qui s'impatiente... mais qui associe l'Istiqlal à ses frustrations. Car elle ne le voit pas plus actif au Parlement, accélérant l'adoption des réformes, proposant des lois plus audacieuses. Ses ministres passent même pour moins dynamiques que ceux de l'USFP, qui a mis ses ténors: les privatisations sous la coupe de M. Rachid Filali se font au compte-gouttes, le grand projet de la santé, l'AMO, échappe à M. Abdelouahed El Fassi, les chaînes de télévision absorbent des subventions colossales pour une faible audience, en attendant la réforme de M. Messari. Alors que veut le Parti de l'Istiqlal exactement? L'application "du programme électoral et gouvernemental": charte communale, terrain domaniaux, code du travail... qui sont dans le pipe. Au gouvernement, l'Istiqlal veut aller "plus vite dans le possible", pour mieux rebondir aux prochaines élections et rester dans la course le siècle prochain.

Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc