×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

L'immigration, une question qui fâche

Par L'Economiste | Edition N°:442 Le 12/02/1999 | Partager

L'Italie peut-elle procéder à une régularisation de cette ampleur sans émouvoir ses partenaires européens plutôt enclins à verrouiller leurs frontières? L'harmonisation européenne n'est pas pour demain.


Malgré la libre circulation des personnes instaurée par les accords de Schengen, chaque pays membre reste libre de sa politique d'immigration tout en surveillant d'un oeil sévère la politique du voisin. Bien que le nouveau traité européen d'Amsterdam évoque la perspective d'une harmonisation des politiques d'immigration, c'est un chantier si sensible que nul ne s'est encore risqué à ouvrir.
A Paris, les spécialistes de la question se veulent sereins après l'annonce-choc du gouvernement D'Alema. "Si l'Italie régularise 250.000 personnes d'un seul coup, c'est qu'elle peut le faire. Il s'agit d'un pays d'immigration récente, et ses immigrés (1 million) sont beaucoup moins nombreux qu'en France (4 millions)", relève Sami Naïr, délégué interministériel aux Flux Migratoires et au Codéveloppement.
La régularisation italienne, qui stabilise de fait un quart de million de clandestins, peut aussi, hypocritement, rassurer les pays voisins. Reste quand même à voir si la générosité des Italiens ne provoquera pas demain vers la péninsule un "appel d'air" de nouveaux candidats, avec des débordements possibles à l'extérieur de ses frontières.

Tensions sur le droit d'asile


Mis à part ces sujets, le chantier de l'harmonisation reste à construire. Et des premières tensions sont déjà apparues sur le thème des demandeurs d'asile. En 1998, plus de 360.000 personnes ont demandé l'asile en Europe, dont 22.000 en France et près de 100.000 pour la seule Allemagne.
Ce pays, connu, avec les Pays-Bas, pour son hospitalité à l'égard des réfugiés, pousse l'idée du "partage du fardeau" et aimerait bien que ses partenaires assouplissent leurs conditions d'accueil ou, du moins, lui donnent un coup de main financier. Mais d'autres pays, comme l'Autriche ou la Grande-Bretagne (58.000 demandeurs d'asile en 1998), souhaitent, chacun à sa manière, durcir leur politique d'immigration et d'asile. Vienne a récemment provoqué un tollé à Bruxelles en proposant de ne plus se référer à la Convention de Genève instituant la protection obligatoire des réfugiés. Quant au gouvernement de Tony Blair, il s'apprête à annoncer de nouvelles mesures contre l'immigration clandestine, comme la chasse aux mariages blancs et aux "récidivistes" de la demande d'asile.

Sur les conditions d'entrée et de séjour des étrangers, sur le regroupement familial, sur les conditions d'accès au marché du travail et aux prestations sociales, sans parler du problème encore plus complexe de l'acquisition de la nationalité, chaque Etat mène sa politique en solo.
Le traité d'Amsterdam inscrit pourtant ces questions dans le champ communautaire. Ces sujets, tranchés pour le moment à l'unanimité, pourront faire l'objet -dans cinq ans- de décisions à la "majorité qualifiée" (des deux tiers).
Nul ne se hasarde aujourd'hui à prévoir quand les Quinze auront le courage de s'atteler à un sujet aussi explosif pour leurs opinions publiques. Si la recherche d'une plate-forme minimale paraît souhaitable à tous, beaucoup d'Etats rechignent à laisser l'Europe prendre complètement en main le sort de leurs étrangers.

Béatrice BANTMAN
et Nathalie DUBOIS
Libération (France)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc