×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Libye: Des agents de liaison pour les insurgés

    Par L'Economiste | Edition N°:3512 Le 20/04/2011 | Partager
    Dissension sur l’intensification des frappes
    L’Angleterre envoie des coordonateurs sur le terrain

    Face à l’enlisement qui menace après un mois de bombardements en Libye, les pays de l’Otan se disputent sur la nécessité d’intensifier les frappes ou sur la fourniture d’armes aux rebelles

    C’EST la débandade générale. Après un mois de bombardements aériens alliés sur la Libye, rien n’est encore joué. La France espère améliorer la position des insurgés et de leur représentant officieux, le Conseil national de transition (CNT). Le président Nicolas Sarkozy a reçu aujourd’hui le leader Moustapha Abdeljalil pour faire le point sur la situation. Officiellement, seuls l’Italie et le Qatar ont reconnu, avec Paris, le CNT. Moustapha Abdeljalil a voyagé d’ailleurs à Rome hier où il n’a pas hésité à admonester les puissances occidentales et de les faire chanter : Les (prochaines) nouvelles autorités de la Libye développeront une coopération « surtout avec l’Italie, la France et le Qatar ».
    Face à l’enlisement qui menace après un mois de bombardements en Libye, les pays de l’Otan se disputent sur la nécessité d’intensifier les frappes ou sur la fourniture d’armes aux rebelles. Le jeu des alliés : j’y vais, j’y vais pas, n’a fait que provoquer plus de cacophonie et jeter le trouble au grand dam des rebelles. La France a été en pointe pour convaincre le Conseil de sécurité de l’ONU d’autoriser l’usage de la force, mais celle-ci ne ressemble ni à l’opération chirurgicale attendue qui aurait mis la famille des despotes kadhafiens out, ni à une vraie guerre traditionnelle qui assumerait l’invasion. Ni l’une ni l’autre, la guerre libyenne ressemble à un mirage dans le désert.
    Dans une lettre adressée aux alliés, le CNT a exhorté la communauté internationale à « continuer à venir en aide à la rébellion, pas seulement grâce aux avions mais sous forme aussi d’équipements et d’armements ». Le grand suspens s’éternise. Car des fuites, notamment par le biais du philosophe français Bernard-Henri Lévy qui a fait de la Libye un combat personnel et qui y séjourne régulièrement, laissent entendre que des agents de liaison militaires français et britanniques sont déjà sur place pour aider les insurgés. Ce qui n’est pas du goût de l’ONU qui brandit la résolution 1973 exclusivement humanitaire. Interrogés, les ministres de la Défense français et britannique n’ont pas confirmé ces informations. «Ça ne correspond pas à ce qu’on fait», a prosaïquement déclaré le porte-parole de l’état-major des armées françaises, Thierry Burkhard.
    Plantant le pieu, l’Angleterre a surenchéri hier, prenant les médias au dépourvu : Oui, Londres va dépêcher des conseillers militaires auprès du CNT… Ces agents de liaison seront parachutés dans les poches de résistance libyennes pour la logistique et pour rendre compte de l’évolution du front. Ce qui témoigne pour les prochains jours d’une tentative désespérée des alliés de maîtriser la situation qui leur échappe de mieux en mieux. Aux milliers de personnes prises au piège d’une guerre civile ayant fait, selon les rebelles, 10.000 morts en deux mois, le PAM annonçant l’ouverture du premier couloir humanitaire dans l’ouest de la Libye.
    L’Angleterre veut procéder à l’évacuation de 5.000 travailleurs étrangers par bateau de la ville côtière de Misrata assiégée. Après le début de l’intervention de la coalition internationale, le 19 mars, la situation est dramatique dans plusieurs villes de l’ouest du pays.

    Karim SERRAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc