×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Liban: Accord de sortie de crise

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . Election d’un président dans les 24 heures LA majorité libanaise soutenue par les pays occidentaux et l’Arabie saoudite et l’opposition appuyée par l’Iran et la Syrie sont parvenues mercredi 21 mai à un accord de sortie de crise, a annoncé le Premier ministre qatari, cheikh Hamad ben Jassem Al-Thani.En vertu de cet accord, un nouveau président libanais sera élu «dans les 24 heures», a-t-il affirmé lors d’une cérémonie officielle à Doha devant l’ensemble des membres des deux camps ayant participé aux tractations.L’accord comprend aussi une clause interdisant tout recours aux armes à des fins politiques. Il «interdit le recours aux armes et à la violence dans tout conflit, quels que soient les conflits ou les circonstances», a dit le Premier ministre qatari.La crise politique libanaise avait dégénéré le 7 mai en affrontements violents entre factions rivales qui avaient fait 65 morts en une semaine. Lors des combats, le parti chiite Hezbollah, fer de lance de l’opposition, était parvenu à prendre le contrôle du secteur ouest de Beyrouth, fief des sunnites.Après le discours du Premier ministre qatari, le président du Parlement libanais, Nabih Berri, a annoncé que le sit-in observé depuis fin 2006 dans le centre-ville de Beyrouth par l’opposition, dont il est l’un des principaux leaders, serait levé le jour même.«Comme cadeau présenté à la conférence de Doha, j’annonce au nom de l’opposition la levée du sit-in dans le centre-ville de Beyrouth à partir de ce jour», a dit Berri.L’opposition avait dressé fin 2006, en signe de protestation contre le gouvernement, des tentes tout au long des routes menant au siège du cabinet, transformant le centre de Beyrouth en une ville-fantôme et provoquant la fermeture de près de 200 commerces ainsi que la suppression de milliers d’emplois.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc