×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

L'humiliation racontée par Lahcen Zinoun

Par L'Economiste | Edition N°:2727 Le 04/03/2008 | Partager

. Pour le réalisateur, la musique est le remède de l’âme. Un film à plusieurs procèsOud L’Ward ou La Beauté éparpillée, c’est le dernier né de Lahcen Zinoun. Sa présentation en avant-première s’est déroulée en grande pompe la semaine dernière au Mégarama de Casablanca. Producteurs, scénaristes, chanteurs, acteurs et amis... sont venus nombreux rendre hommage à Zinoun à travers son nouveau film. L’histoire de cette fiction se déroule en 1913. Le spectateur y découvre une époque riche en patrimoine (décors, musée, Sahara, dunes de Merzouga). Sans compter la richesse des costumes créés par Larbi Yacoubi, dont chaque modèle a coûté plus de 50.000 DH. Enlevée puis vendue par des marchands d’esclaves, l’héroïne du film Oud L’Ward (une adolescente timide et secrète) intègre, en compagnie de sa seule amie R’Mida, la riche demeure d’un maître de musique (Mohamed Miftah) qui décide d’en faire son élève. Elle découvre alors la musique à travers le luth si bien joué par Saïd Chraïbi. La matrone (Touria Jabrane) chargée de l’éducation des adolescentes, accepte que la jeune fille apprenne à jouer du luth puisque une esclave musicienne se monnayera plus cher encore qu’une simple servante. Peu à peu, les dons de Oud L’Ward attirent le maître de musique. Mais son talent et sa renommée exacerbent la jalousie de son entourage... Et ce n’est pas le corps d’une esclave qu’il a détruit, c’est l’âme d’une artiste, le souffle créateur de la musique... C’est la beauté qu’il a éparpillée. «Le tournage était dur émotionnellement. J’étais happée par mon personnage», confie Sanaa Alaoui, qui incarne le rôle de Oud L’Ward. «D’une grande pureté et d’une rare sensibilité artistique, La Beauté éparpillée est une succession de tableaux chorégraphiques, renforcée par des scènes romantiques», dit-elle. Concernant la scène de nu, elle «reflète tout simplement l’humiliation», soulève la jeune actrice. Gardant de bons souvenirs de ce film, Alaoui se prépare déjà à se lancer dans d’autres projets de par le monde.A noter que le film a reçu durant le 9e Festival international du film marocain, le prix de la meilleure interprétation féminine (Sanaa Alaoui) et celui du meilleur second rôle féminin (Hanane Zouhdi). Mais le film de Zinoun s’est distingué aussi par le nombre de procès intentés contre lui. La société de production réclame des dommages suite à la résiliation «sans préavis» du contrat liant les deux parties. La scénariste, elle, a saisi la Justice au sujet des droits d’auteur. Elle considère que Zinoun et sa société n’ont pas le droit d’exploiter l’écriture scénographique, qui est la base de la réalisation du film. Contacté par L’Economiste, Zinoun, qui se dit lésé dans cette affaire, déclare avoir déposé, de son côté, des plaintes pour revendiquer tous ses droits sur ce film. C’est vrai que le scénario a été «rehaussé techniquement», mais il reste le produit de Hicham Lasri et de Zinoun. Il précise aussi que le film a été aussi revu par la dialoguiste Fatima Loukili.Zinoun explique qu’il est victime d’une intimidation et d’une escroquerie de la part de son coproducteur qui n’a pas respecté les clauses du contrat. Il a fait intervenir illégalement son épouse dans les retouches du scénario. Elle demande aujourd’hui par le biais d’un avocat français à être rémunérée alors que la subvention de la francophonie accordée au film a été détournée par son époux qui en est le coproducteur. F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc