×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

L'euro frôle le seuil de 1,30 dollar

Par L'Economiste | Edition N°:2291 Le 05/06/2006 | Partager

. Son plus haut niveau depuis mai 2005. La monnaie unique profite de la faiblesse du dollarL’EURO a frôlé le seuil de 1,30 dollar. Il s’agit de son plus haut niveau depuis le 5 mai 2005. La monnaie unique profite ainsi de la faiblesse du dollar, handicapé par le faible rapport sur l’emploi américain publié le 2 juin. La création de 75.000 emplois seulement en mai aux Etats-Unis a fortement déçu les cambistes, qui tablaient en moyenne sur 170.000 emplois, soit près du double. Ce rapport a remis en question la probabilité de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) porter lors de sa prochaine réunion le 29 juin son taux directeur de 5 à 5,25%. En effet, même si les pressions inflationnistes se font toujours sentir aux Etats-Unis, le ralentissement économique du deuxième trimestre pourrait inciter la Fed à ne pas relever davantage ses taux d’intérêt, afin de ne pas entraver la croissance. «Après trois semaines environ d’évolution dans des marges étroites, on dirait que le marché s’échauffe pour partir à l’assaut du seuil psychologique de 1,30 dollar cette semaine», estimait Gavin Friend, économiste à la Commerzbank. Les opérateurs attendaient hier la publication de l’indice ISM d’activité dans les services aux Etats-Unis, et tablaient sur un léger repli, à 60% contre 63% en avril. Une intervention du président de la Fed, Ben Bernanke, était aussi programmée à Washington, après la fermeture des places européennes. Par ailleurs, en fixant le cours pivot officiel du yuan à 8,0096 yuans pour un dollar contre 8,0214 le 2 juin, la Banque centrale de Chine a permis à la devise d’enregistrer l’une de ses meilleures progressions depuis sa réévaluation de juillet 2005. Le yuan se dépréciait régulièrement depuis la mi-mai, à rebours des pressions américaines pour le voir progresser.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc