×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'euro a changé les habitudes des entreprises européennes

Par L'Economiste | Edition N°:1504 Le 23/04/2003 | Partager

. Une étude de l'institut GFK montre que plus de la moitié des entreprises sondées ont profité de la monnaie unique . La comparaison des prix est devenue plus facile La monnaie européenne a modifié les comportements des entreprises du vieux continent, en rendant la comparaison des prix plus facile d'un pays à l'autre. C'est ce que reconnaissent une majorité de dirigeants d'entreprise, d'après une étude réalisée par l'institut GFK pour l'entreprise Europage et rendue publique hier mardi. Selon l'agence Associated Press, sur les 8.000 décideurs d'entreprise dans 33 pays qui ont répondu à l'enquête, 51% affirment profiter de l'euro pour comparer les prix des concurrents dans les autres pays. Un tiers (34%) ont même décidé de s'aligner sur les prix pratiqués par les autres entreprises de leur secteur depuis l'arrivée de l'euro. Toujours selon l'AP, plus largement, la stratégie de vente (ventes à l'exportation, prix ou relations avec les clients et fournisseurs) de 37% des sociétés a subi des changements par la monnaie unique européenne. Indice significatif, cette part est encore plus élevée (43%) pour les entreprises hors Union européenne. Ainsi, l'euro a eu un effet sur 62% des entreprises en Hongrie, alors que le pays ne deviendra membre de l'Union européenne qu'en 2004.L'étude de GFK a été effectuée, selon l'agence de presse, à partir d'un questionnaire distribué en septembre 2002 à des opérateurs européens. 8.000 responsables, appartenant à des sociétés de 33 pays européens, ont répondu. Les deux tiers (66%) des réponses émanent d'entreprises employant moins de 50 personnes, dans tous les secteurs d'activités. Au niveau des cours en Bourse, l'euro montait et se rapprochait du seuil de 1,10 dollar hier mardi à la mi-journée sur un marché des changes reprenant les ventes de billet vert après une courte pause pendant le week-end pascal, selon des cambistes. Vers 13h00 GMT, la devise européenne s'échangeait à 1,0986 dollar contre 1,0959 quatre heures plus tôt et 1,0868 lundi soir à 21h00 GMT à New York. Elle avait grimpé jusqu'à 1,0995 dollar vers 12h35 GMT. «L'euro progresse face au dollar et reprend le terrain perdu à New York lundi lors des congés de Pâques», a indiqué Will Rugg, économiste à Standard and Poor's MMS. La monnaie unique, qui avait atteint jeudi, dernier jour d'échanges sur le marché en Europe avant le long week-end de Pâques, le seuil de 1,0972 dollar, avait chuté lundi à New York jusqu'à 1,0823 dollar.


Pourquoi le dollar régresse

Pour Divyang Shah, économiste à l'agence de recherches IDEAglobal.com, «le déficit budgétaire et le faible niveau des taux d'intérêts américains forment un cocktail dangereux pour le dollar». «Cela explique pourquoi la devise n'a pas réussi à s'apprécier fortement malgré le fort déclin des échanges d'aversion au risque», a expliqué cet économiste. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc