×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

L'Etat se fixe deux ans pour céder la Comanav

Par L'Economiste | Edition N°:1539 Le 13/06/2003 | Partager

. En attendant, la compagnie augmente son capital de 295 millions de DH. Sa privatisation interviendra au plus tard en 2005. L'objectif est de former un noyau dur du transport maritime La compagnie marocaine de navigation Comanav est bel et bien sortie du gouffre. La preuve: le groupe BMCE Bank et la CDG viennent renflouer sa caisse par apport en capital de 295 millions de DH. L'Etat gardera 50% du capital de la compagnie. Le groupe BMCE et la CDG auront 20% chacun, l'OCP 9%. «Il s'agit là d'une augmentation du capital de la Comanav dans le cadre du nouveau plan de développement stratégique de la compagnie«, a indiqué d'emblée Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et du Transport, lors d'un point de presse le mercredi dernier à Rabat. Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, Othmane Benjelloun, président du groupe BMCE Bank, Mustapha Bakkoury, DG de la CDG et Toufiq Ibrahimi, PDG de la Comanav ont assisté à la signature de l'accord de l'augmentation du capital. Pour Fathallah Oualalou, cet accord entre dans le cadre de la concrétisation du contrat-programme signé entre l'Etat et la compagnie pour la période 2002-2005 et qui vise son redressement. Le ministre a mis l'accent sur l'appui apporté par l'Etat pour faire de la compagnie un leader dans le secteur du transport maritime.Pour sa part, Karim Ghellab a souligné l'importance de cette opération et du rachat de la compagnie Limadet. «Il s'agit là d'une opération de rapprochement entre public/privé visant à constituer un noyau dur, d'une entreprise nationale capable de faire face à la concurrence et de défendre le pavillon marocain dans les échanges extérieurs«, a précisé Ghellab. La cession de Limadet sera bouclée vers la fin de ce mois. L'opération nécessitera une sortie de trésorerie de 83 millions de DH. Elle permettra d'assurer aux opérateurs économiques une meilleure visibilité et un bon service. L'objectif est aussi de donner un nouveau souffle au secteur du transport maritime, qui représente près de 98% des échanges extérieurs du Maroc. L'arrivée de la Comanav dans le secteur privé est considéré comme un levier pour la restructuration du secteur du transport maritime.La Comanav était près de la faillite à fin 2001; maintenant, elle est sortie de «la mort clinique«, constate Mohamed Boussaïd, directeur de la Privatisation au ministère des Finances. L'Etat envisage sa privatisation à l'horizon 2004-2005. Mais avant, il faut terminer le redressement contenu dans le contrat-programme. L'objectif consiste principalement au rééquilibrage et à l'assainissement de la situation financière de l'entreprise.«Le contrat passé entre l'Etat et la Comanav en 2002 prévoit l'engagement de la compagnie à assainir sa situation financière et rétablir ses performances d'exploitation«, a soulignéToufiq Ibrahimi. Selon lui, l'opération d'assainissement se poursuivra pour valoriser les investissements faits par l'Etat.


Plan stratégique

Le plan de développement stratégique de la Comanav sera accéléré avec l'augmentation de son capital. Il vise l'acquisition de 4 nouveaux navires en 2004, pour 270 millions de DH, dont la moitié sera financée par des fonds propres. Il s'agit aussi de l'amélioration des performances opérationnelles et financières de la Comanav en vue de préparer sa privatisation. Le rétablissement des équilibres est en cours.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc