×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les USA affichent une croissance décevante

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . Progression de la consommation de 1,5% seulement LES USA ont affiché une croissance décevante au 2e trimestre, de 1,9% seulement, en dépit du coup de fouet donné par le plan de relance et le dollar faible, ravivant les craintes d’un net affaiblissement d’ici la fin de l’année chez les analystes. Ces chiffres, publiés la semaine dernière par le département du Commerce, ont déçu les marchés qui tablaient sur une hausse de 2,3% du PIB en rythme annuel. «Ce sont des chiffres faibles et en deçà des attentes», a résumé Stephen Gallagher de la Société Générale. La Bourse de New York a logiquement mal pris la nouvelle, l’indice Dow Jones perdant près de 1% à l’ouverture avant de se reprendre un peu ensuite. De plus, la croissance des précédents trimestres a été révisée en baisse, à +0,9% (au lieu de +1%) pour le premier et à -0,2% (au lieu de +0,6%) pour le 4è trimestre 2007. C’est la première fois que l’économie américaine plongeait dans le rouge depuis la récession de 2001. A moins d’une semaine de la prochaine réunion de la banque centrale, les chiffres du PIB ont peu fait pour apaiser les craintes de récession (couramment définie comme deux trimestres consécutifs de croissance négative). «Il n’y a pas beaucoup de vigueur du côté de la consommation, qui a affiché un gain modeste en dépit des chèques de remise d’impôt» envoyés dans le cadre du plan de relance budgétaire, a souligné Sal Guatieri de la banque de Montréal. La consommation a progressé de 1,5% seulement (après +0,9% au premier trimestre), les Américains réduisant fortement leurs achats de biens durables comme les voitures par exemple. L’inquiétude des analystes à présent est de voir l’économie flancher au fur et à mesure qu’elle perdra la béquille du plan de relance. Cette perspective devrait renforcer l’idée d’un second plan de soutien, ardemment défendue par une grande partie des démocrates.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc