×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique Internationale

    Les travaux du Centre d'Art Contemporain débuteront en 93

    Par L'Economiste | Edition N°:28 Le 07/05/1992 | Partager

    L'Association "Fondation ONA" qui est d'utilité publique a démarré son activité en septembre 1989. Actuellement, elle entreprend deux opérations socio-culturelles, la restauration de la mosquée Tinmel et des actions médico-sociales et elle a créé deux instituts, le Centre Marocain de Conjoncture et le Centre d'Art Contemporain.
    Le mécénat pour M. Farid Britel, Directeur de la Fondation ONA est une action socio-culturelle d'une institution privée en contrepartie de laquelle un retour d'image est attendu. Lors de sa création à la mi 88, la Fondation ONA avait pour seul objet la construction du Centre d'Art Contemporain. Mais après la consultation du comité d'orientation, constitué de membres de compétences diverses et complémentaires, quatre actions ont été définies afin de rendre l'action "Fondation ONA" plus opérationnelle. La Fondation ONA ne rejette pas, par ailleurs, un partenariat avec des organismes publics, entreprises privées et des institutions oeuvrant dans le même sens. Au contraire elle se veut un modèle et M. Britel déclare que "l'entreprise a un rôle dynamique à jouer dans l'évolution socio-culturel du pays". Les ressources de la Fondation ONA proviennent de ses filiales. Le quotas annuel de chacune d'elles est fixé selon ses résultats et des projets de la Fondation.

    Un premier objectif de la Fondation

    Le Centre d'Art Contemporain est le premier objectif de la Fondation ONA. Il aura pour vocation de promouvoir l'art contemporain marocain et de lui permettre une "fréquentation" avec l'art contemporain universel. Il sera également "un lieu de créativité" précise M. Britel puisqu'il logera les expositions de la tradition de mode marocaine, de stylisme et de design... Ce Centre constituera, ainsi, un lieu de rencontre de l'artiste, l'entreprise et le public. La programmation muséologique a été réalisé, en 1991, par le cabinet parisien "Café" dirigé par Patrik Obern, très connu dans ce domaine. Parmi ses travaux, on notera la réalisation de la programmation muséologique du musé d'Orsay et du Centre Pompidou. Les architectes qui auront pour charge de réaliser le programme ne sont pas des moins connus puisqu'il s'agit de Aziz Lazrak et Abderahim Sijelmassi.

    Le démarrage des travaux est programmé pour Janvier 1993. La superficie couverte du Centre est de 1.000 m2. Il se situera sur Boulevard Brahim Roudani. Le Centre comprendra un musé d'art contemporain avec lieu d'animation. Des conférences accompagneront les différentes expositions qui seront permanentes et représentatives des principaux aspects de l'art contemporain marocain ou temporaires et concerneront des expositions thématiques, d'art et d'essai consacrées à la révélation de jeunes talents et l'accueil d'exposition itinérantes. Une banque de données sur le patrimoine artistique marocain et universel sera accessible au public par le biais d'équipements optiques. C'est cette section du Centre qui coutera le plus cher d'après M. Britel du fait qu'il faudra acquérir des équipements sophistiqués et alimenter constamment cette banque de données. Une coproduction Fondation ONA et 2M Internationale est prévue pour filmer la production artistique contemporaine marocaine. Concernant, l'art contemporain universel, la Fondation compte acquérir des productions étrangères. Celle-ci a déjà réalisé une enquête qui a estimé à 800.000 visiteurs annuels pour la seule ville de Casablanca. Le prix d'entrée n'est pas encore fixé mais ce "qui est sûr c'est qu'il ne sera pas dissuasif et sera nécessairement différencié en fonction des horizons des différents visiteurs", déclare M. Britel. Une autre institution de la fondation ONA qui fonctionne déjà est le CMC. L'idée du Centre Marocain de Conjoncture (CMC) est de créer un espace culturel de rencontres entre l'Administration, l'Université et l'entreprise. L'objectif est le traitement des problèmes économiques et financiers et leur publication trimestriels et mensuels afin d'informer les opérateurs économiques.
    Le CMC est devenu au bout de deux ans d'existence un observatoire de l'économie nationale. Dans les semaines à venir, une banque de données sera mise en place complétée par des enquêtes et des études.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc