×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Les Thaïs intéressés par le tourisme et l’agroalimentaire

Par L'Economiste | Edition N°:2197 Le 20/01/2006 | Partager

. Une délégation est en visite au Maroc. Création d’un conseil des affaires et un bureau de liaison . Visite du Premier ministre cette année Les Thaïlandais reviennent à la charge pour dénicher des partenariats avec les Marocains. Après des journées portes ouvertes les 6 et 7 juin 2005 et des visites d’hommes d’affaires l’été dernier, ils récidivent cette année avec une délégation d’une bonne vingtaine de personnes représentant l’administration. Celle-ci a été reçue jeudi 19 janvier à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), afin de discuter des opportunités d’échange et de collaboration entre les deux pays. La volonté des membres de la délégation thaïlandaise, qui poursuit sa visite jusqu’à demain 21 janvier, à trouver des partenaires était claire. «Nous sommes ici pour la promotion des échanges économiques entre les deux pays», a indiqué Preecha Laohapongchana, vice-ministre du Commerce de la Thaïlande et président de la délégation. «Le Maroc et la Thaïlande ont créé des zones de libre-échange avec d’autres pays et c’est pour cette raison que nous sommes ici», a-t-il ajouté. Agriculture, automobile, électroménager, nouvelles technologies, et plus particulièrement le tourisme et l’agroalimentaire ont été au centre des intérêts des représentants des deux pays. «La Thaïlande a une grande expérience dans ces secteurs dont le Maroc peut bénéficier si nous arrivons à créér de réels partenariats», a souligné un autre membre de la délégation thaïlandaise. Selon lui, la Thaïlande veut attirer 15 millions de touristes par an et l’intérêt croissant des Marocains pour cette destination représente une réelle opportunité. En automobile, 1,2 million d’unités ont été fabriquées en Thaïlande en 2005, ce qui place le pays au 14e rang mondial. Plusieurs possibilités existent dans ce domaine, surtout pour la pièce de rechange. «Ce secteur représente une grande opportunité que les deux parties peuvent étudier rapidement et engager des contacts», a souligné Mohamed Lahlou, président de la Commission de la compétitivité de l’entreprise à la CGEM. Par ailleurs, le président de la délégation thaïlandaise a annoncé la création prochaine d’un conseil des affaires et d’un bureau de liaison entre les deux pays. Ce dernier aura pour mission de trouver les solutions adéquates aux éventuels problèmes qui pourraient surgir entre les deux parties. Et pour montrer leur réel intérêt pour le Maroc, les Thaïlandais annoncent une visite de leur Premier ministre cette année.


Des échanges à doper

Les échanges économiques entre le Maroc et la Thaïlande restent très faibles. En 2004, le Royaume a importé l’équivalent de 395 millions de DH, contre 293,11 millions en 2003. Les exportations, elles, se sont chiffrées à 205,05 millions de DH, enregistrant ainsi une baisse de 4,7% par rapport à l’année précédente. En 2003, les voitures industrielles figurent en tête des importations avec 45,76 millions de DH. Suivent l’électroménager (36 millions) et les tissus de fibres synthétiques et artificielles (33,21 millions). De leur côté, les engrais naturels et chimiques représentent l’essentiel des exportations avec 120 millions de DH. Les phosphates arrivent en deuxième position (70,37 millions), devant les crustacés, mollusques et coquillages (13,95 millions). Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc