×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

    Wafabank: objectif "certainement dépasse"

    L'opération d'ouverture du capital de Wafabank en direction du grand public prend fin ce Jeudi 17 Décembre. Selon les indications recueillies le Mardi l5 Décembre auprès de Wafabank, “l'opération se déroulait très bien”. De même source, on estimait que l'objectif serait dépassé.

    Les différentes banques doivent se retrouver Vendredi 18 Décembre, à la Bourse de Casablanca, pour effectuer la répartition. Dans la foulée, Wafabank devrait rendre publics les résultats définitifs.

    Rappelons qu'il s'agit de la première grande opération de vente au public d'actions. L'opération teste donc aussi bien l'intérêt des épargnes pour ce type de produit financier que la confiance dont bénéficie Wafabank.

    . Consolidation de la CNIA

    Une opération de consolidation financière de la Compagnie Nord-Africaine et Intercontinentale d'Assurances, CNIA vient d'être finalisée avec le Ministère de tutelle. Les avances en provenance du Fonds des Assurances, octroyées dans le cadre du programme de redressement de la Compagnie, ont été transformées en participation du Trésor. Celui-ci devient donc très largement majoritaire dans le capital, avec un apport de 165 millions de DH. Le capital social passe donc de 33 millions de DH à 198 millions de DH.

    Si les autres actionnaires, notamment étrangers (groupe Generali), suivent, indique l'état major de la CNIA, le capital sera porté à 225 millions de DH. Initialement, le capital était partagé entre la CDC (59%), Generali (8%), BCM (6%) et le reste pour des porteurs éparpillés. Chez le Ministère de tutelle, il est fait remarquer que cette opération est une opération de “consolidation, aux vues des résultats atteints par le plan de redressement”.

    La CNIA est privatisable.

    . La SNI applique la mesure des retraites

    Sous la houlette du Président Bargach, la Société Nationale d'Investissement et ses filiales mettent en application le texte sur les retraites des hauts cadres nommés par Dahir. “La relève est prête depuis longtemps”, a indiqué le Président Bargach à L'Economiste. Les décisions doivent être entérinées par les différents Conseils.

    . Taxation sur le charbon

    Des travaux sont en cours pour introduire un nouveau système de prix mobiles pour les hydrocarbures, ainsi que l'avait annoncé le ministre de l'Energie et des mines (Cf L'Economiste du 2 Avril 1992). Vient de s'adjoindre au dossier traité avec la Direction des Prix, le charbon importé. Il s'agit de rétablir une égalité de traitement entre les deux sources d'énergie de manière à ce que les “signaux du marché international parviennent jusqu'au Maroc”.

    . L'OCP tire son épingle du jeu

    La baisse de la consommation des engrais en Europe de l'Ouest devrait se poursuivre en 1993, estime un rapport de l'IFA (Association Internationale de l'Industrie des Engrais), publié en Novembre.

    Selon les prévisions de l'Association, la réduction pourrait se situer à 7% sur la période 92-93. Elle succéderait à une hausse de 6% enregistrée, une année auparavant, dans la même région. Les conditions économiques dans les principaux centres de consommation sont propices à l'utilisation des engrais, ajoute le rapport qui relève l'incertitude pesant sur le marché indien. En effet, l'Inde a réduit les subventions étatiques aux engrais. Le rapport signale en outre une tendance baissière en Europe de l'Est. Malgré la baisse de la consommation, l'OCP a pu en l992 améliorer ses positions sur le marché international et augmenter les ventes de la plupart de ses produits.

    . Prix de l'Innovation de l'APEBI

    L'APEBI a décerné ses deux premiers prix de l'innovation. Le premier prix est attribué à deux élèves de l'Ecole Mohammédia d'Ingénieurs, Mlle Halima Benmansour et M. Youssef El Khatib, pour un travail concernant une “interface d'un logiciel de traitement de l'image avec système d'informations géographiques”.

    Les Pr Bennouna et Touzani ont encadré le travail des deux gagnants. Le deuxième prix revient à deux élèves de l'Ecole Nationale de l'Industrie Minérale, MM. Mohamed Cherroug et Abdelhamid El Acham, pour un travail de “conception et réalisation d'un automate programmable autour d'un microprocesseur 6802”. Les Pr Hamdi et Ngote ont encadré cette recherche.

    Les deux premiers se partagent un prix de 50.000DH et les deux seconds gagnent un voyage pour visiter un salon d'informatique, les deux prix étant offerts par les sociétés d'informatique membres de l'APEBI.

    . Le Centre d'Art Contemporain dans les tours Meffre

    C'est décidé, le Centre d'Art Contemporain sera installé dans la galerie des tours Meffre, dont le chantier commence. M. Britel, Directeur de la Fondation ONA, explique que le choix de cet emplacement résout le problème de l'architecture tout en abaissant le coût du projet.

    . Deux stands supplémentaires à la fête de l'Architecture

    Devant les demandes exprimées, l'Ordre des Architectes et Forum 7, l'agence chargée de la communication, ont ajouté deux stands à la Fête de l'Architecture, qui doit se dérouler à Casablanca, du 27 au 30 Janvier 1993. Il s'agit de Logexpo, un espace réservé aux présentations de projets de logements par leur promoteur et d'un Espace-Design, pour les décorateurs, créateurs, architectes d'intérieur... Les autres espaces, y compris les animations urbaines, sont évidemment conservés.

    . Les ratios de solvabilité ... bientôt

    Les autorités monétaires promettent la sortie de leur circu-laire “pour les jours qui viennent”. Il s'agit de préciser à l'intention des banques les pondérations à affecter pour réaliser le calcul du ratio de solvabilité, connu sous le nom de “ratio Cooke” et qui est en fait plus proche du ratio BRI. Depuis près de deux ans, les banques appliquent déjà le système, qui sera obligatoire à partir de Janvier.

    . Baisse des comptes courants

    Les comptes courants bancaires qui reflètent la trésorerie des entreprises ont subi une baisse de 3,6%(près de 600 millions de DH) de Septembre à fin Octobre, probablement sous l'effet du paiement de l'acompte provisionnel.

    Au cours de la même période, la progression de la masse monétaire s'est ralentie (+0,2%). D'une année à l'autre (Octobre 91-Octobre 92), elle ressort toutefois à 11,4%.

    Fin Octobre, les avoirs extérieurs se situaient à un niveau record: 33,5 milliards de DH.

    . Protocole CEE: 106 millions d'Ecus pour l'agriculture

    L'agriculture et spécialement l'irrigation-mobilisation de l'eau auront “environ 106 millions d'Ecus, soit une partie significative du 4ème protocole d'aide de la CEE en faveur du Maroc.

    De 4 à 7 millions d'Ecus devront être réservés aux études sur le secteur privé pour identifier les besoins d'ajustement dans le cadre de la préparation de l'accord d'association ou de libre échange. Le reste ira à la santé, la formation professionnelle... M. Piérini, Chef de la Délégation de la Commission à Rabat, est l'invité du Petit déjeuner d'Enjeux ce Jeudi 17 Décembre. Le diplomate donnera des indications sur les programmes, qui devaient être signés le Mercredi 16, dans la soirée.

    Le Promex-Club de la BMCI recevra, Lundi 21 Décembre, toujours pour un petit déjeuner, M. Gallimore, Conseiller à la Délégation.

    . Aides françaises : 1 milliard de FF

    Le montant des aides françaises, au titre de l'année 1992 est de 1 milliard de FF. Sont déjà signées les opérations de 255 millions de FF pour les équipements téléphoniques (Alcatel) et 100 millions de FF pour la Caisse Française de Développement (Ex-CCG et Proparco).

    Sont à finaliser des aides pour l'assainissement de la Baie de Casablanca (environ 200 millions de FF), l'acquisition de patrouilleurs pour la surveillance maritime (environ 200 millions de FF) et des centrales moyennes pour l'ONE (environ 300 millions de FF).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc