×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Les régions font leur festival
Fès au rythme berbère

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Le rideau est tombé, le 9 juillet, sur le festival amazighe. Fantasia, colloque, expositions au menu de la 2e édition FÈS a vibré, du 4 au 9 juillet, au rythme des sons et danses amazighes. Et comme prévu, la deuxième édition du festival de la culture amazighe a tenu ses promesses. Pour Moha Ennaji, directeur du festival, cette manifestation œuvre à la consolidation du processus de développement, des valeurs de la paix, de dialogue et de cohésion sociale. Si l’objectif était de faire découvrir, promouvoir et partager avec le public de Fès la richesse de la culture amazighe -transmise essentiellement de génération en génération à travers les contes, la poésie et les chants -, le pari est réussi. «C’était aussi l’occasion de rendre visible et faire vivre l’apport amazighe aux niveaux économique, social et culturel, et de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour promouvoir le monde rural, la femme rurale, et l’artisanat marocain», ajoute Ennaji. Côté programmation, il y a eu beaucoup de diversités. Bab Boujloud a été le théâtre de soirées et de magnifiques tableaux artistiques inspirés du patrimoine et présentés par les troupes d’ahidous et d’ahwash. Ces soirées ont été animées par des poètes et artistes de renom du chant berbère notamment Fatima Tihihit, ferhat Mhenni, Bouazza Larbi, Houssa 46 et Imttawn. Les intellectuels en ont aussi eu pour leur compte avec notamment l’organisation d’un colloque scientifique sur «la culture amazighe et le développement humain». Par ailleurs, le palais des Congrès a abrité une conférence sur l’héritage amazighe dans l’histoire du Maroc, amazighité et intégration sociale, la littérature amazighe, Femmes et développement humain, la chanson amazighe entre modernité et tradition… Et les fans du genre ont pu apprécier les expositions d’art plastique, de livres, produits artisanaux, tapis et costumes amazighes. Enfin, le grand public a pu admirer de superbes fantasias présentées par les cavaliers des Ayn Sbaa, Ayn chegag et Tissa. Les danses et chants berbères des troupes populaires d’ahidous (Addor Ihinajne, tazdyi, Izm Ayt Ayache, tittawin, souss Ahwash et Tissa) organisés au Champs de courses ont prouvé que Fès savait aussi faire honneur à la musique traditionnelle.


Hommage

ORGANISÉE sous le thème la culture amazighe et le développement humain, la deuxième édition du festival de la culture amazighe a rendu cette année un hommage particulier au Dr Leila Mezian Benjelloun en raison de ses contributions considérables dans le domaine de la société civile et ses efforts pour la promotion de la langue et culture amazighes à travers le programme Mederset.com. Médecin ophtalmologiste, Leila Mezian Benjelloun est présidente de la Fondation du même nom qui attribue des bourses aux jeunes Marocains à travers le monde. Fondation qui participe aussi à la préservation du patrimoine culturel. Défenseur de la culture berbère, Leila Mezian Benjelloun est également présidente du pôle amazighe au sein de la Fondation BMCE Bank, chargé de conduire l’ensemble des projets centrés sur la promotion de la culture et la langue amazighe.De notre correspondante,Rachida BAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc