×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les prix du brut devraient être «plus modérés» en 2007

Par L'Economiste | Edition N°:2321 Le 18/07/2006 | Partager

. Selon l’Opep qui vient de rendre son rapport à Vienne. Prochaine réunion ministérielle le 11 septembre LES prix du brut devraient être «plus modérés» en 2007 mais cette modération anticipée reste tributaire des tensions géopolitiques, estime l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dans son rapport de juillet publié lundi 17 juillet à Vienne. L’augmentation prévue des capacités de production de l’Opep combinée à un recul de la demande du brut fournie par le cartel «devrait contribuer à modérer» les cours, estime l’organisation. Mais «il reste à voir si le marché profitera pleinement de ces tendances, notamment en raison des tensions géopolitiques qui constituent un facteur majeur de l’actuel niveau record des prix», prévient l’Opep. Lundi matin, les cours du pétrole étaient toujours orientés à la hausse, en raison notamment de l’aggravation des tensions au Proche-Orient. En juin, le prix moyen du baril dans le «panier» de l’Opep composé de onze bruts mondiaux s’est établi à 64,60 dollars (USD), en recul de 51% par rapport à la moyenne de mai. Vendredi 14 juillet, le prix du baril dans le «panier» Opep était monté à 71,71 USD contre 70,38 USD jeudi, a par ailleurs indiqué le cartel dans un communiqué publié à son siège de Vienne. Le cartel estime par ailleurs que la demande mondiale de brut devrait progresser l’an prochain de 1,3 million de barils par jour (mb/j), soit 1,5%, pour s’établir à 85,9 mb/j. La demande de brut devrait notamment progresser de 0,4 mb/j en Chine et de 0,2 mb/j en Amérique du Nord. Pour l’exercice en cours, la demande mondiale devrait progresser de 1,4 mb/j pour s’établir à 84,6 mb/j, soit à un niveau inchangé par rapport aux projections publiées en juin par l’Opep. En 2007, l’offre des pays non membres de l’Opep devrait progresser de 1,7 mb/j, à 53,1 mb/j contre 51,4 mb/j en 2006, estime encore l’organisation dans son rapport mensuel. Cette augmentation de l’offre sera réalisée principalement par des puits forés en Afrique, en Amérique du Nord et en Amérique latine. Pour juin, l’Opep a indiqué avoir produit en moyenne 29,6 mb/j, en hausse de 0,1 mb/j par rapport à mai. Au cours de la période sous revue, l’Irak a produit 2 mb/j, note encore le cartel dans son rapport. La prochaine réunion ministérielle de l’Opep doit avoir lieu le 11 septembre dans la capitale autrichienne.


Croissance vigoureuse

LES pays du G8 ont estimé que la croissance économique mondiale restait «vigoureuse» malgré l’envolée des prix du pétrole, dans une déclaration publiée lundi 17 juillet à l’issue de leur sommet. Les grandes puissances précisent avoir discuté des «prix élevés et volatils» du pétrole, qui ont franchi pour la première fois en fin de semaine dernière le seuil de 78 dollars le baril. Par ailleurs, le sommet du forum des pays riches a aussi accouché d’une longue déclaration sur l’amélioration de la sécurité énergétique mondiale, promettant un recours croissant aux énergies renouvelables et au nucléaire face à l’épuisement des hydrocarbures. Mais la déclaration a déçu, les Européens n’obtenant pas grand-chose sur l’ouverture du marché russe à la concurrence. Les pays du G8 se sont engagés à promouvoir des marchés de l’énergie «ouverts et transparents» et à développer, pour ceux qui le souhaitent, le recours à l’énergie nucléaire. Ils affirment en particulier leur soutien aux principes de la Charte de l’énergie, signée en 1994 par la Russie mais qu’elle n’a depuis jamais ratifiée. Ce document impose la soumission aux règles de la concurrence dans l’énergie. Mais le ministre russe de l’Energie et de l’Industrie a martelé que Moscou ne renoncerait pas au monopole d’exportation de son géant gazier Gazprom.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc