×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Les prix des produits pétroliers inchangés en juin

    Par L'Economiste | Edition N°:518 Le 31/05/1999 | Partager

    · Le super reste à 7,41 DH le litre, l'ordinaire à 7,15 et le gasoil à 4,51
    · A l'exception du fuel et du gasoil, les prix sont plutôt stables depuis le début de l'année


    Après la hausse générale de début mai, les prix des produits pétroliers se stabilisent en juin. Le super se maintient à 7,41 DH le litre, l'ordinaire à 7,15 et le gasoil à 4,51. Le marché est dominé actuellement par un retour au calme, mettant fin ainsi aux soubresauts de ces derniers mois.
    A l'international, le prix du brent, moins soumis à la pression des cours, oscille entre 15 et 16 Dollars le baril. L'arrivée de l'Irak avec son stock sur le marché devrait permettre le maintien des prix à ce niveau. Cette détente reste néanmoins fragile, le marché pétrolier étant imprévisible.
    Au niveau local, à l'exclusion de la hausse générale de mai et de l'augmentation sur le gasoil d'avril, les prix sont plutôt stables depuis le début de l'année. Le pays a en effet bien profité de la tendance baissière depuis près d'une année. Les baisses n'ont pas été pour autant proportionnées. La matière première n'étant pas la seule à dicter sa loi aux coûts des produits à la pompe, les variations du billet vert et surtout le poids de la fiscalité constituent l'une des autres composantes du prix. La matière première ne compte en effet que pour 15 à 25% du prix des produits pétroliers. La part la plus importante est composée de taxes. Aussi, les baisses ou les hausses du prix de pétrole ne peuvent-elles impacter que la part de la matière première du produit qui n'excède pas dans le meilleur des cas 25%. Ainsi, même si la matière première était gratuite et les frais de raffinage nuls, le prix des essences (super et ordinaire ne descendrait pas en décà de 5 DH et celui du gasoil de 3 DH. La matière première n'atteint même pas les deux Dirhams dans le prix du produit et n'agit que peu dans les variations de prix.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc