×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Affaires

Les premiers plaisanciers à Saïdia

Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

. Une reprise des parts de Martinsa-Fadesa est envisageable. Visite de la station organisée samedi dernierC’était à prévoir. Les récents déboires financiers de Martinsa-Fadesa en Espagne ont suscité bien des interrogations à propos de la santé financière de Fadesa Maroc. D’autant plus que ce dernier semblait accuser des retards au niveau de ses chantiers, notamment celui de la station balnéaire de Saïdia. La réaction fut rapide, puisque Fadesa Maroc a organisé une visite éclair du site de Saïdia, fer de lance du plan Azur (www.leconomiste.com) afin de dissiper les doutes quant à sa capacité à honorer ses engagements. «Fadesa Maroc compte deux actionnaires: Martinsa-Fadesa en Espagne, et le groupe Addoha, qui est légèrement majoritaire, d’un peu plus de 50%, c’est donc lui qui gère le directoire», souligne Abdeljabbar Hajjouji, directeur général de Fadesa. «Tout notre actif est au Maroc. Les seules flux financiers que nous recevons de l’étranger sont ceux qui sont le produit de la vente d’appartements, de villas…», ajoute Hajjouji. Les difficultés de la maison mère n’inquiètent pas le DG de Fadesa Maroc. Le site de Saïdia étant dans sa dernière ligne droite, cela devrait changer la configuration des flux financiers dans le sens positif, puisque les dépenses seront déjà faites, et que les ventes seront encaissées à 60%. En outre, l’éventualité d’un rachat par Addoha des parts de Martinsa-Fadesa n’est pas exclue. Le DG de Fadesa Maroc l’a bien souligné. «C’est possible, bien sûr». Stratégiquement, il n’y aurait pas de facteurs pouvant empêcher cette opération. Pour rappel, le projet de Saïdia, qui s’étale sur près de 700 ha, a nécessité un investissement de 12 milliards de DH.Les travaux sont plutôt bien avancés. Les réseaux routiers, électriques et d’assainissement sont entièrement opérationnels. 1.050 appartements et 80 villas sont achevés. Pour les amoureux du green, un parcours de 18 trous est déjà disponible. La Marina, qui a une capacité de 804 anneaux, est entièrement opérationnelle, et une extension de 550 anneaux est en cours. Le site accueille déjà un nombre conséquent de visiteurs, notamment pendant la soirée.La direction générale de Fadesa s’est engagée à livrer trois hôtels 5 étoiles pour la première phase du projet. Un engagement entre Barcelo et Fadesa ayant été rompu auparavant, il s’en est suivi un retard dans les délais. Selon Hajjouji, l’ouverture de l’hôtel H1 aurait pu intervenir plus tôt. «Il est achevé à 90%, mais la construction s’est arrêtée au niveau de la décoration, afin que l’acquéreur puisse apporter sa touche personnelle», précise le DG de Fadesa Maroc. L’entreprise aurait également demandé au groupe CFG de s’occuper de la prospection pour trouver des acquéreurs pour les hôtels. Des investisseurs devraient visiter le site aujourd’hui même.A.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc