×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Les postiers burkinabés craignent plus les rats que le bug

Par L'Economiste | Edition N°:669 Le 28/12/1999 | Partager

· La machine à oblitérer ne marche pas et de toute façon elle ne passera pas le cap: Pas de plaque portant la date 2000

LES postiers du Burkina-Faso sont quasiment certains d'être à l'abri du bug de l'an 2000: leurs outils de travail se résumant pour l'essentiel à des stylos bille, des registres et des tampons, ils craignent plus les rats et la poussière que les aléas de l'informatique.
Les ventilateurs du Centre de tri postal de Ouagadougou brassent de l'air chaud et soulèvent la poussière. Là transitent chaque jour 10.000 lettres, classées et distribuées à la main.
Une à une, elles sont oblitérées d'un coup de tampon. La machine qui devait faire ce travail est stockée sous une housse de plastique dans un des bureaux de l'administration. "Elle ne marche pas, on arrive pas à changer la date", explique un employé. De toute façon, cette machine ne pouvait aller au-delà de 1999, non pour une question de bug, mais simplement faute de plaque portant la date 2000.

La poussière ennemi n°un


Bien que le volume de courrier traité ait été multiplié par dix ces cinq dernières années, le Centre National de Tri (CNT) du Burkina fonctionne toujours de façon manuelle. Chaque jour, les employés noircissent des pages et des pages de registres, vite poussiéreux, où sont notées toutes les opérations. Pour enregistrer par exemple l'ouverture d'une nouvelle boîte postale, il leur faut remplir quatre registres différents.
Et comme les bureaux de poste ne sont pas reliés entre eux par un réseau informatique, un mauvais payeur peut toujours aller se faire enregistrer ailleurs, déplore René Toko, chef du CNT.
Possédant tout de même quelques ordinateurs, la Poste burkinabée fait partie du Comité National du Bug de l'an 2000, mais son objectif est plus de s'insérer dans le groupe des entreprises informatisées que de prévenir un dysfonctionnement majeur au lendemain du jour de l'an.
L'ennemi numéro un des ordinateurs dans ce genre de service vétuste est d'abord la poussière rouge et fine du Sahel qui s'infiltre partout et endommage régulièrement les machines. "Une balance détraquée nous a causé un manque à gagner de 54 millions de Francs CFA (près de 890.000DH) en 1998", raconte M. Toko.

Manque d'argent


Des aspirateurs à poussière avaient été installés. Ils sont en panne depuis plusieurs années. La rouille aussi a gagné les tables de tri devant lesquelles les agents de la poste sont assis dès le matin, face à des dizaines de petits casiers où s'effectue la première étape du classement.
C'est également manuellement que le courrier est ensuite réparti dans les milliers de boîtes postales que compte la capitale, où la livraison à domicile du courrier n'existe pas.
"La poste est contrainte à un travail trop administratif", se plaint le chef du CNT.
L'informatisation tant souhaitée par la Poste, qui doit faire face à une concurrence des messageries privées de plus en plus compétitives, est toujours retardée faute d'argent.

Wissal SEGRAOUI (AFP)


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc