×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les pharmaciens font leur diagnostic

Par L'Economiste | Edition N°:2401 Le 15/11/2006 | Partager

. A l’occasion d’une rencontre organisée à Casablanca, samedi dernier. La concurrence déloyale pointée du doigt Les pharmaciens sont insatisfaits de leurs conditions. «Les pharmacies voient leur chiffre d’affaires se réduire comme une peau de chagrin», souligne Redouane El Menjra, président du Syndicat des pharmaciens de Casablanca. Mais pas question de céder au désespoir. Afin de trouver des solutions, ces derniers se sont retrouvés, le 11 novembre, à l’occasion de la 4e édition de la « Journée pharmaceutique internationale de Casablanca». Ils ont débattu à longueur de journée du thème de «la diversification et le développement en pharmacie». Objectif: déceler quelques pistes pour renouer avec la croissance. L’un des problèmes dont souffre la profession est «la fuite des produits médicaux vers des enseignes commerciales», souligne Martinée Chauvé, du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens de France. Autre constat: les pharmaciens ne communiquent pas assez. Selon Chauvé, «ils doivent être présents dans la pharmacie car leur premier rôle est le conseil». A ce titre, cette dernière conseille aux professionnels de faire plus de prévention et de dépistage. La chute libre du CA des pharmacies est due, entre autres, à l’ouverture de 2.450 nouvelles pharmacies en 2004/2005. Pour beaucoup, le développement des génériques, la croissance des parapharmacies et la contrebande sont autant de facteurs qui nuisent à l’activité pharmaceutique. Selon eux, il s’agit d’une concurrence déloyale. Enfin, quatres points du code de la pharmacie rendent les pharmaciens furieux. Faire dépendre l’ouverture d’une pharmacie à l’agent d’autorité local. La vente par les cliniques de médicaments les met également en rogne. Ils sont aussi contre les sanctions du code civil et pénal qu’ils considèrent excessives. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc