×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Les partis veulent attirer les jeunes électeurs

Par L'Economiste | Edition N°:1584 Le 19/08/2003 | Partager

. Le corps électoral grossit de 1,5 million de jeunes. Les partis revoient leurs programmes pour attirer cette nouvelle frange électoraleAvec la décision royale de réduire l'âge de vote à 18 ans, une nouvelle frange électorale est née. Près de 1,5 million de jeunes inscrits sur les listes électorales sont désormais dans le collimateur des partis, qui entendent les réconcilier avec la politique. Le degré d'engagement politique des jeunes est un indice de la maturité démocratique d'un pays. Sur ce registre, le Maroc est loin d'avoir réussi à intéresser les jeunes à la chose politique. La faiblesse dans la participation à l'occasion des différentes échéances électorales est la preuve de cette désaffection. La réduction de l'âge de vote à 18 ans au lieu de 21 ans a poussé les partis politiques à revoir leurs programmes. Des campagnes de sensibilisation ont été lancées et les sections de jeunesse de certains partis ont été ressuscitées pour attirer ces nouveaux électeurs. Pour Habib El Malki, ministre de l'Education nationale et membre du Bureau politique de l'USFP, la désaffection des jeunes à l'égard de la politique en tant que pratique est certainement une réalité. En revanche, la désaffection à l'égard du politique comme mode de connaissance, d'organisation de société et de jeu des principaux acteurs, reste un cliché. De manière plus précise, El Malki assure que les jeunes se détachent peut-être de la politique, mais s'intéressent de plus en plus au politique. Il n'en demeure pas moins que la faiblesse dans la participation à l'occasion des principales consultations nationales constitue selon El Malki, l'une des expressions d'un rejet systématique des jeunes de la politique en tant que pratique. Une opinion qui n'est pas partagée par le premier secrétaire adjoint de l'USFP, Mohamed El Yazghi. Pour lui, il n'y a pas de désaffection des jeunes pour la politique. «C'est une donnée qui n'est étayée par aucune étude, ni analyse ou sondage», affirme-t-il. Pour Ahmed Taoufiq Hjira de l'Istiqlal, l'inscription de 1,5 million de jeunes en tant qu'électeurs est une victoire. Maintenant, le véritable défi est de répondre aux attentes de cette nouvelle frange d'électeurs par de nouveaux candidats jeunes, par un programme qui prend en considération leurs voeux et par l'ouverture de chantiers pour eux tels que les maisons des jeunes, les bibliothèques…Pour récupérer cette frange, le PJD ne conçoit pas d'autre façon de faire barrage à leur désaffection que d'instaurer davantage d'honnêteté et de transparence dans les élections et restaurer la crédibilité dans l'action politique. Car, pour Saâd Eddine El Othmani, secrétaire général adjoint du PJD, il ne s'agit pas seulement de désaffection des jeunes, mais celle de toutes les catégories d'âge. Les élections communales représentent ainsi une opportunité pour se rapprocher des jeunes. Car, comme a dit El Malki, la démocratie locale concerne avant tout les problèmes des jeunes au quotidien, notamment ceux de la santé, l'école, l'emploi. C'est également l'occasion pour le rajeunissement des cadres et la contribution au renouvellement de l'élite locale.


Education

Le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse est convaincu que la réforme des programmes va contribuer à faire prendre conscience aux jeunes Marocains de la nécessité de repenser leur manière de considérer la politique dans leur pays. Une plus grande ouverture sur l'environnement socioculturel et économique, la production de nouvelles matières relatives à la nouvelle citoyenneté et le renforcement de certaines matières comme la philosophie sont parmi les grands axes de cette réforme.Noureddine FASSIEducation

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc