×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Les Palestiniens élisent leur parlement

Par L'Economiste | Edition N°:2201 Le 26/01/2006 | Partager

. Le Hamas menace l’hégémonie du FatahLes Palestiniens élisaient mercredi 25 janvier leur parlement pour la deuxième fois de leur histoire, un scrutin qui met en péril l’hégémonie du Fatah, le parti au pouvoir, avec l’entrée prévue au parlement du Hamas, toujours déterminé à poursuivre la lutte armée. Un millier de bureaux de vote disséminés en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, notamment dans les écoles, ont ouvert leurs portes pour accueillir les quelque 1,35 million de Palestiniens appelés à participer au scrutin. A Jérusalem-est, six bureaux de vote ont ouvert leurs portes à la même heure dans des bureaux de poste d’Israël sous la surveillance de 2.000 policiers israéliens déployés dans toute la partie annexée de la ville sainte. Le taux de participation s’est établi à 20% à 08H00 GMT, soit trois heures après l’ouverture des urnes, a indiqué le président de la Commission électorale centrale, Hanna Nasser. Le vote devait s’achever à 17H00 GMT. Le leader palestinien Mahmoud Abbas a émis l’espoir, en votant à la Mouqataa, le QG de l’Autorité palestinienne à Ramallah, que le scrutin se déroule dans le calme et confirmé la mise en place d’un nouveau gouvernement après les élections. Le CLP issu du scrutin comptera 132 députés contre 88 pour la chambre sortante. «Les Européens et les Américains affirment que le Hamas doit avoir soit les armes, soit le Conseil législatif palestinien. Mais nous disons, les armes et le Conseil législatif», a déclaré Ismael Haniyeh, haut responsable au mouvement de résistance. L’ancien président américain, Jimmy Carter, qui dirige l’une des équipes d’observateurs internationaux supervisant le scrutin, a estimé que le processus «se déroule sans accroc». Pour éviter tout incident susceptible de perturber le scrutin, pas moins de 13.000 policiers ont été déployés. Les principaux groupes armés se sont engagés, mardi 24 janvier, à veiller à un déroulement des élections dans le calme et à prêter main forte aux services de sécurité à cette fin. Tout en assurant ne pas vouloir s’ingérer dans les élections palestiniennes, les responsables israéliens ne cachent pas qu’ils préfèrent le Fatah aux islamistes du Hamas qui prônent la destruction de l’Etat d’Israël.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc