×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les nouvelles manoeuvres de l'Espagne

Par L'Economiste | Edition N°:613 Le 11/10/1999 | Partager


· Le premier forum maroco-espagnol s'est voulu un avant-goût aux prochaines
renégociations du volet agricole de l'Accord d'association Maroc-UE


"Pourquoi n'arrêtez-vous pas de produire la tomate...". Laissant de côté le discours "réconciliant" sur la diversification des produits et marchés, ce producteur espagnol de fruits et légumes n'a pas pris de gants pour "dénoncer" la présence et, par ricochet, la concurrence des produits agricoles marocains. Son argument, "la tomate est un produit périssable et, de surcroît, nous l'exportons sur les mêmes destinations pendant les mêmes périodes, l'un de nous devant s'incliner".
Loin d'être une boutade, les propos de cet exportateur espagnol résument à eux seuls l'état d'esprit de la plupart de ses confrères venus assister au premier forum horticole maroco-espagnol(1). Qualifié d'élucubrations par les professionnels marocains, ce discours a toutefois le mérite de dire tout haut ce que les autres Espagnols souhaitent tout bas.
En fait, cette première rencontre maroco-espagnole s'est voulue un avant-goût aux prochaines renégociations du volet agricole de l'Accord d'association entre le Maroc et l'Union Européenne. Car, au-delà des déclarations officielles sur l'encouragement d'une complémentarité entre le Maroc et l'Espagne, d'autres enjeux se dessinent à l'horizon, le dossier de la pêche en tête de liste.
"D'autres fonds doivent être alloués au Maroc et au Bassin méditerranéen", a déclaré M. Jesus Posada, ministre espagnol de l'Agriculture et des Pêches lors de la conférence de presse du 7 octobre. Ce signe de bonne volonté se veut surtout un signal de notre voisin ibérique pour un soutien plus accru du dossier Maroc au sein de l'UE. En contrepartie, les Espagnols attendent un revirement ou, du moins, un fléchissement dans la position marocaine sur le dossier de la pêche.
"Nous espérons que les pêcheurs espagnols opéreront toujours dans les eaux marocaines au-delà du 30 novembre", donne le ton M. Posada. Il concède toutefois que la forme du "prochain accord" et les captures de poisson peuvent faire l'objet d'un aménagement consensuel.
Dans les couloirs des administrations marocaine et espagnole de l'agriculture, les informations vont bon train sur une éventuelle augmentation des contingents d'exportations de produits agricoles. Ce sera en tout cas le principal objectif de la délégation marocaine à la renégociation des accords en l'an 2000. Le soutien de l'Espagne, très influente en matière d'agriculture, serait pour cela un atout majeur. Le comité mixte maroco-espagnol, mis en place à la fin du Forum, devrait y veiller lors de sa première réunion, prévue avant fin janvier 2000.

Hassan BOUCHACHIA & Ghassan KHABER

(1) Organisé à Casablanca les 6 et 7 octobre 1999.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc