×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les MRE ont leur alliance mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:1828 Le 09/08/2004 | Partager

. L'Amomé, constituée récemment à Rabat, réunit près de 324 associations. Elle se donne pour ambition de défendre les intérêts des MRE dans le mondeRetenez bien ce nom: Amomé. Dans quelques années, il pourrait se référer à une force politique ou à un lobby puissant, celui de nos MRE. D'ici là, le chemin à parcourir reste long. Amomé c'est l'acronyme de l'Alliance mondiale des Marocains de l'étranger. Cette alliance, dont on ne connaît pas le poids pour l'heure, a tenu sa première assemblée générale à Rabat, mardi dernier. Au total, un collectif de 324 associations d'Europe et d'Afrique y est représenté. Les membres de l'Alliance ont été «profondément déçus des différentes tentatives d'institutionnalisation des relations entre le Maroc et sa communauté résidant à l'étranger». Selon eux, ceci est dû à la désorganisation et le manque de stratégie efficace concernant cette communauté. En conséquence, l'énorme potentiel et les atouts dont ils disposent sont gâchés. Abdelaziz Sarat, président de la Ligue des associations marocaines démocratiques de Belgique, constate le manque des relations entre la communauté marocaine à l'étranger et les institutions, notamment le Parlement. Cette communauté ne peut voter et elle n'est pas représentée au Parlement. Pour lui, s'il y a une révision de la Constitution, elle devra arrêter les droits et devoirs des Marocains de l'étranger.Lors de cette rencontre, les membres fondateurs de l'Amomé ont présenté plusieurs objectifs dont la promotion de l'image du Maroc dans les pays d'accueil. Ils visent également à créer un partenariat entre l'UE et le Maroc. L'Alliance a également pour ambition de faire participer les Marocains de l'étranger à la vie politique marocaine. L'une de ses principales activités est de soutenir la société civile marocaine dans tous les secteurs, notamment le développement.Pour Mohamed Farssi, membre fondateur et président du Conseil national des Marocains du Sénégal, le but est de «combler le vide de coordination». L'Amomé se définit comme étant une union entre les différentes communautés des Marocains de l'étranger. Pour ce professeur universitaire à Dakar, «il y a un vrai travail de fond à entreprendre». «La première génération des Marocains du Sénégal par exemple a gardé des liens forts avec le Maroc, mais ce n'est pas le cas de nos enfants», ajoute-t-il. Selon lui, «l'essentiel, c'est de leur inculquer la culture marocaine et les valeurs de l'islam». Farssi déplore également l'inexistence de cours d'arabe pour les Marocains de l'Afrique. Il estime que les Marocains de l'étranger peuvent régler leur problème mais avec le concours de plusieurs acteurs. «Je crois qu'un fonctionnaire de Rabat qui n'a jamais été à Dakar aura du mal à connaître nos problèmes», note-t-il. «Les actions des autorités marocaines doivent être crédibles et fiables en concertation avec les Marocains dans le pays d'accueil», ajoute-t-il. Au Gabon, ce sont les mêmes problèmes que relève Amina Farhane, vice-présidente de l'Union des Marocains du Gabon. De plus, elle regrette le fait que les regards soient rivés vers les Marocains résidents en Europe alors que près de 5.000 autres sont oubliés en Afrique. Elle a présenté les problèmes de la troisième génération issue des mariages mixtes. «Beaucoup de ces jeunes n'ont plus d'identité marocaine ni de principes musulmans», déplore-t-elle. Elle explique cela par le fait que la nationalité marocaine ne se transmet pas par la mère. Fadwa EL GHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc