×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Les médecins, bien soignés par le crédit-bail

Par L'Economiste | Edition N°:2208 Le 07/02/2006 | Partager

. Ils arrivent en tête des professions libérales qui utilisent ce mode de financement. Le leasing mobilier prend le dessus sur l’immobilierLe leasing est devenu incontournable pour les entreprises qui veulent s équiper tout en préservant leur trésorerie. Et pour cause, il permet une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée ainsi qu’une diminution des charges au niveau des immobilisations. Ce qui le rend plus attractif, estime un professionnel. Les professions libérales achètent presque tout avec ce mode de financement, que ce soit pour les équipements indispensables ou le matériel roulant. Avocats, notaires, architectes s’équipent ou aménagent leur propre cabinet par le crédit-bail. Les médecins sont de loin les premiers clients parmi les professions libérales. Ils équipent de plus en plus leur cabinet ou clinique avec le leasing. Cet engouement grandit de jour en jour. «Rester à la pointe de la technologie est une obligation pour nous. Grâce au leasing, nous pouvons reprendre des appareils neufs pour être plus performant”, souligne un chirurgien. «Le crédit-bail est devenu une obligation», ajoute-t-il. Actuellement, la majorité, pour ne pas dire la totalité, des cliniques achètent leur équipement en leasing. Mais vu les difficultés que traversent certains établissements, les bailleurs de fonds sont devenus très regardants. Les cliniques sont considérées comme des entreprises du crédit-bail à haut risque. En fait, les sociétés de crédit financent jusqu’à 100% des équipements achetés localement ou importés. Elles proposent même de verser une avance ou un acompte au profit des fournisseurs. De plus, les utilisateurs ne commencent à payer les redevances locatives qu’une fois l’équipement, objet de l’opération, installé. Autres avantages: la possibilité de pratiquer l’amortissement accéléré des immobilisations sur la durée du contrat de leasing correspondant ainsi que l’option d’achat pour une valeur résiduelle définie à l’avance lors de la signature du contrat. «Le leasing est devenu plus intéressant. Le crédit bancaire exige beaucoup trop de garanties alors que le crédit-bail est plus souple. En cas de problème, la société de crédit reprend le matériel. Mais en général, les médecins s’acquittent de leur sredevances et après quatre ans, reprennent un appareil plus performant sur le plan technologique», note docteur M’Hamed Lemseffer, chirurgien urologue à la clinique Badr (Casablanca). En réalité, les praticiens ne ressentent pas le poids de cette acquisition sur leur trésorerie, car les frais générés par l’utilisation de l’équipement dépassent largement le montant de l’amortissement. Outre le matériel médical, les toubibs financent également leur voiture avec ce mode de financement. «La clientèle de Maroc Leasing est composée à 84% d’entreprises et 16% de professions libérales avec une prédominance des crédits octroyés aux médecins», précise Youssef Ammor, directeur administratif et financier de Maroc Leasing.Les avocats, experts-comptables et les notaires ne sont pas en reste. Certaines entreprises de crédit réservent même un traitement de faveur à certains corps de métier. A titre d’exemple, Maroc Leasing chouchoute les notaires en leur accordant un financement à des conditions financières avantageuses et en traitant rapidement leurs dossiers. De leur côté, les notaires sont satisfaits de ces égards. En général, ils n’ont pas de problème de payement vu «qu’ils gagnent bien leur vie», souligne un notaire. Le boom du marché immobilier s’est traduit par une amélioration des gains de la profession.En cas de problème ou de non-payement, les sociétés de financement prévoient des mesures de flexibilité avant de passer à l’acte. «Une large gamme de possibilités est offerte dans le cadre des opérations après-vente: renégociation des loyers, des durées, rachat anticipé partiel ou total, transfert de contrat à une tierce personne, scission de biens loués», explique Youssef Ammor. Les garanties demandées diffèrent du type de l’équipement. Pour les matériels roulants, la société de leasing procède au barrement de la carte grise. Pour les autres types du crédit-bail mobilier, la caution personnelle du promoteur suffit sinon celle d’une personne morale quand c’est nécessaire. Pour le crédit mobilier, d’autres garanties sont prises en compte: l’hypothèque, le nantissement du fonds de commerce, etc.


5,1 milliards de dirhams drainés

Le leasing mobilier est le plus prisé par les sociétés. A lui seul, il a drainé près de 5,1 milliards de dirhams à fin septembre 2005, soit 87,5% de la production globale du crédit bail qui s’élève à 5,8 milliards de dirhams. Le reste soit 12,5% a été réalisé par le leasing immobilier. C’est ce qui ressort des statistiques de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF) arrêté au 30 septembre 2005. Au niveau des encours, le leasing mobilier a réalisé 12,1 milliards de dirhams, soit 77,8% du montant global qui se chiffre à 15,6 milliards de dirhams au cours des neufs premiers mois de 2005. Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc