×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les «low-cost» maintiennent leurs prix

Par L'Economiste | Edition N°:1833 Le 16/08/2004 | Partager

. Pas de surtaxe pour compenser la hausse du prix du carburantLes compagnies à bas coûts, seuls transporteurs aériens à refuser systématiquement de répercuter la hausse du carburant sur le prix des billets, jouent de plus en plus serré à mesure que flambent les cours du pétrole.Fidèles à leur doctrine commerciale fondée sur la «défense» des prix les plus bas, les «low-cost» européennes EasyJet et Ryanair ont tenu cette semaine à se démarquer une nouvelle fois des compagnies traditionnelles. Ces dernières ayant choisi d'appliquer une surtaxe à leurs billets pour compenser la hausse du kérosène qui représente environ 10% de leur chiffre d'affaires.Le cours du carburant aérien (carburéacteur) à Rotterdam (Pays-Bas), qui s'établissait à 0,281 euro le litre le 30 juillet dernier, a progressé de 42,6% depuis le début de l'année et de 47,9% sur un an, selon les dernières statistiques de l'Union française des industries pétrolières (UFIP).Après l'annonce faite récemment par British Airways (BA) d'augmenter de 6 livres sterling (9 euros) les prix de ses billets pour les vols long-courrier au départ du Royaume-Uni, Ryanair s'est empressée de jurer à ses passagers qu'elle n'adopterait «jamais» pareille politique: «ni aujourd'hui, ni demain». Virgin Atlantic a également annoncé une hausse de ses tarifs pour compenser les surcoûts de sa facture de carburant.Ryanair a dénoncé cette stratégie dont «l'instinct premier est de pénaliser les passagers en introduisant une surtaxe sur le carburant plutôt que de réduire ses coûts de fonctionnement pour amortir la hausse des prix du pétrole».EasyJet a renchéri, «promettant à nouveau qu'elle n'imposerait aucune surcharge à ses billets», pour que les prix «restent bas de façon permanente».Mais l'avantage que procure aux low-cost l'extrême compétitivité de leur structure de coûts -fondée sur des prestations minimum et la desserte d'aéroports secondaires- n'est pas illimité.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc