×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les Italiens aux urnes pour choisir entre Berlusconi et Veltroni

    Par L'Economiste | Edition N°:2755 Le 14/04/2008 | Partager

    . Le chef de file de la droite favori. Résultats officiels mardi 15 avrilLES Italiens ont commencé à voter dimanche 13 avril pour des législatives anticipées dont le chef de file de la droite, Silvio Berlusconi, est donné favori par les sondages, face à son adversaire de centre-gauche, l’ex-maire de Rome Walter Veltroni.La majorité dont disposerait Berlusconi (71 ans) au Sénat, et donc sa capacité à gouverner un pays en perte de vitesse, est cependant la grande inconnue du scrutin.Les 47 millions d’électeurs peuvent se rendre aux urnes dimanche jusqu’à 20H00 et lundi 14 avril entre 05H00 et 13H00 GMT.Les derniers sondages autorisés, publiés il y a 15 jours, ont prédit le retour au pouvoir pour un 3e mandat de Berlusconi, à la tête du nouveau Parti du peuple de la liberté (PDL) qui regroupe ses alliés d’Alliance nationale (conservateur) et de la Ligue du Nord (régionaliste et populiste).Mais une majorité dans le pays ne signifie pas nécessairement une majorité au Sénat en raison d’une loi électorale qui attribue la prime de majorité au parti vainqueur sur une base régionale à la Chambre haute.Si les plus petits partis, Gauche arc-en-ciel (communistes et Verts), UDC (Centre droit chrétien), La Destra (extrême droite), font un bon score dans certaines régions clés, ils risquent de priver de prime le PDL de Berlusconi et le nouveau Parti démocrate (PD) de Veltroni.L’Italie se retrouverait alors dans une situation semblable à 2006 lorsque Romano Prodi avait gagné de justesse, son gouvernement chutant 20 mois plus tard, faute de majorité suffisante au Sénat.Le PD et le PDL ont donc appelé à «voter utile» pour éviter un éparpillement des voix tout au long d’une campagne considérée comme très ennuyeuse et dominée par des promesses de baisse d’impôts.Face au milliardaire italien, l’ex-maire de Rome (52 ans) qui se présente pour la première fois à un mandat national, a réussi à combler une partie de son handicap mais l’écart entre les deux concurrents s’est stabilisé autour de 6 points, selon les sondages. Le nombre d’indécis, deux semaines avant le scrutin, était encore de 25 à 30%.Par ailleurs, les premiers sondages sortie des urnes sont attendus dès 13H00 lundi et les premières projections en sièges vers 17H00 GMT. En cas de score serré, les résultats officiels pourraient être publiés seulement mardi.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc