×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Enquête

Les ingénieurs topographes entament leur mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:622 Le 22/10/1999 | Partager

· La rareté du personnel qualifié pénalise l'ingénierie topographique
· 44% des entreprises de géométrie topographique emploient entre 4 et 10 personnes


Les ingénieurs géomètres-topographes se mettent à l'heure du recyclage. L'Ordre National de l'Ingénierie Topographique (ONIGT) s'est penché sur l'organisation de la profession à travers une journée d'étude consacrée à la "formation et à l'emploi" tenue dernièrement à Rabat.
L'objectif est de déterminer les besoins en formation de cette profession. "L'ingénierie géométrique demande une grande qualification professionnelle pour effectuer les travaux topographiques. La délimitation des biens fonciers et l'établissement de plans parcellaires pour les travaux d'infrastructures doivent se baser sur la technicité", souligne M. Ahmed Boukir, vice-président du Conseil Régional du Centre.
Cet objectif devient de plus en plus d'actualité devant le nombre croissant des géomètres en exercice. L'effectif des ingénieurs géomètres-topographes a été de 600 en 1998 contre une cinquantaine dans les années 70. Sur ce total, 331 travaillent dans le secteur public et 269 dans le privé.
En 1998, le nombre des entreprises topographiques a atteint 244 avec un personnel qui varie entre 4 et 10 employés. Elles représentent 44% de l'ensemble des entreprises topographiques du pays. Elles sont suivies par les entreprises de moins de 3 employés (26%) et celles de 11 à 20 employés (24%). Les structures dépassant 20 employés représentent 6% de l'ensemble.
La rareté du personnel qualifié est particulièrement montrée du doigt. 4% des employés ont le niveau d'ingénieur, 23% sont des opérateurs et 20% des techniciens diplômés. Les dessinateurs diplômés et non diplômés représentent respectivement 7 et 12%. Par ailleurs, le secteur de l'ingénierie topographique est dominé par des employés n'appartenant pas aux catégories précédentes, soit 35% de l'ensemble du personnel des entreprises. Cette situation est derrière la méconnaissance des techniques de management et la non-diversification des travaux géométriques. Autre problème posé, l'absence d'un barème de prix pour les prestations. Cette lacune favorise la concurrence déloyale.
Les cabinets de géométrie topographique sont essentiellement concentrés à Rabat (51 cabinets), suivie de Casablanca (47) et de Meknès (15).

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc