×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Emploi et Carrière

    Les Hommes qui font l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:17 Le 20/02/1992 | Partager

    · M. Benhoucham, Directeur de la clientèle privée et professionnelle à la BMCI

    M. Bouchaïb Benhoucham vient d'être nommé Directeur de la Direction de la Clientèle Privée et Professionnelle à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie, dans le cadre de la restructuration de la banque, qui veut "retrouver la place qui est la sienne".
    M. Bouchaïb Benhoucham est né en 1942 à Casablanca, dans une famille de commerçants. Après ses études au Lycée Moulay Abdallah, il entre en 1958, à 16 ans, à la BNCIA, la Banque Nationale pour le Commerce et l'Industrie-Afrique, filiale de la BNCI de France avant que celle-ci ne devienne la BNP. Parallèlement à son travail, il suit avec succès les études qu'offre la banque pour ses meilleurs employés, et gravit ainsi tous les échelons de la hiérarchie. Il passe donc un CAP et un BEP de Banque puis sa Capacité en Droit à la Faculté de Casablanca. Ce comportement est rare dans le privé, où à l'inverse de la fonction publique, le salaire n'est pas la résultante d'un diplôme. Cette volonté de poursuivre l'auto-formation théorique dénote une force de caractère peu commune, surtout à une époque où les rémunérations offertes dans les banques, plus élevées que dans les autres secteurs, poussaient la majorité des employés à s'en tenir à l'acquis.

    A 22 ans, en 1964, M. Benhoucham se voit confier la sous-direction d'une agence, Route de Médiouna, au moment où la Banque change de statut et devient la BMCI. Quatre ans plus tard, il est nommé sous-Directeur du Groupe des Agences de Tanger, où il est le premier cadre marocain de la "relève". Il poursuit ses études et en 1971, il obtient le diplôme de la première promotion bancaire de l'ITP du Conservatoire des Arts et Métiers. En 1973, il prend la direction du Groupe de Béni Mellal, puis en 1975, la Direction de la Région Orientale (Oujda Berkane et Nador) et en 1978, la Direction du Groupe de Fes où il reste neuf ans. Il revient à Casablanca en 1987, pour assurer la Direction du Groupe Casa-Gironde (comprenant aussi Settat, El Jadida et Berrechid). L'année suivante, une restructuration élargit ses responsabilités de Directeur de Groupe sur la même zone et en 1992, il est choisi pour prendre en charge la Direction de la Clientèle Privée et Professionnelle de la BMCI. Cette Direction couvre aussi les RME, l'ensemble de l'immobilier et les professions libérales, selon la nouvelle structure des activités de la BMCI.
    M. Bouchaïb Benhoucham est marié et père de 4 enfants. Il considère que le plus difficile donc le plus nécessaire, dans le travail du banquier, "est de savoir dire non à un client et de le faire tout de suite, sans reculer devant ses responsabilités en tergiversant, en le faisant venir et revenir". Contre toute attente, M. Benhoucham ne considère pas que sa carrière soit remarquable: il faut insister pour attirer son attention sur le fait qu'il a eu très jeune des responsabilités importantes, ou bien qu'il a l'expérience des clientèles très diverses à travers le pays.

    · M. Lamrini à la tête de l'Inter Continental Trading Co

    M. Rida Lamrini vient d'être nommé Administrateur Délégué-Directeur Général de l'Inter Continental Trading Co, une société de négoce international au capital de 4 millions de DH que vient de créer la Banque Populaire pour développer les échanges avec l'Amérique du Nord.
    M. Lamrini est né à Marrakech en 1948 dans une famille de commerçants et de militaires. Il passe son Bac, option Math Elem en 1967 au lycée militaire de Kénitra. Après ses classes préparatoires, il entre à l'Ecole Nationale Supérieure d'Electronique, Electrotechnique, Informatique et Hydraulique de Toulouse (ENSEEIHT), en section Informatique. Il obtient son diplôme d'ingénieur d'Etat en 1972. Après un passage rapide à la CNSS en tant qu'ingénieur informaticien, il reprend ses études en entrant dans la première promotion du Cycle Supérieur de gestion de l'ISCAE, il en est diplômé en 1976 et soutiendra son mémoire sur la Direction Participative par Objectifs en 1981.

    Parallèlement, il acquiert une expérience bancaire auprès de Crédit du Maroc et entame une licence de Sciences Politiques à l'Université de Rabat, licence qu'il obtient en 1979. En 1978, il entre dans l'Administration puis de 1980 à 1982, il prend en charge la gestion d'une entreprise en bâtiment. Il explique ce parcours en zigzag par son désir de trouver "sa voie", ce qu'il fait en 1982 en intégrant sur concours le corps des Conseillers Economiques du Royaume auprès des Ambassades. Il est nommé au Canada, où son travail, durant 8 ans, est considéré devant figurer parmi les meilleurs des Conseillers Economiques. En 1991, il revient au Maroc pour monter auprès de la Banque Populaire la Trading House, juridiquement créée à la fin de l'année dernière.
    M. Rida Lamrini s'implique volontiers dans la vie associative. Il est Vice-Président du Comité National du Forum Francophone des Affaires et membre actif de l'Association Maghrébine de Recherche et de Lutte contre le SIDA. Il est aussi chroniqueur (les lecteurs de L'ECONOMISTE connaissent entre autres ses chroniques sur l'exportation au Canada, les problèmes des associations professionnelles, ...).
    Marié et père de deux enfants, M. Lamrini "déteste les attitudes passives" telles que celles qui "rejettent tout sur les responsables" et aimerait participer à la création d'associations qui agiraient dans le domaine de l'éducation sociale (consommation, hygiène, environnement, droit de la femme, ...): "on ne va quand même pas attendre que le Gouvernement s'occupe de l'éducation sociale des gens!" . Il dit avoir apprécié ses années canadiennes en raison de "l'impression d'avoir réalisé quelque chose de positif".



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc