×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Les grands palaces promettent de l'ambiance à fond

Par L'Economiste | Edition N°:1672 Le 29/12/2003 | Partager

. Pour des raisons de rentabilité, d'autres hôtels passeront le réveillon dans le calme Les hôteliers de la ville de Tanger et de Tétouan sont dans l'embarras: organiser ou pas la Saint-Sylvestre. Devant les coûts faramineux et la faible rentabilité, certains préfèrent ne pas s'y mettre. Pour d'autres, la question ne se pose pas. El Minzah Hôtel, l'un des deux palaces que compte la ville, offre un somptueux dîner de gala avec un menu à couper le souffle. Sont incluses les boissons et la coupe de minuit. L'animation est à la charge de deux orchestres, dont un Marocain et diverses troupes folkloriques d'ici et d'ailleurs avec une danseuse orientale. Le prix lui aussi est exceptionnel: 1500 DH. La tenue de gala est exigée sous peine de refus d'entrée, note-t-on auprès du Minzah. Sur le même créneau, le Mövenpick Casino Hôtel préfère ratisser large et hiérarchiser l'offre. Ainsi, trois soirées sont prévue. La première se déroulera au grand salon de réception. Plusieurs orchestres se relayeront pour l'animation, avec en prime une troupe brésilienne et une autre espagnole. Le ticket d'entrée est à 1.800 DH. Pour ceux qui préfèrent une ambiance moins chargée, le Mövenpick propose une soirée classique au Layali, son restaurant marocain. L'animation est à la charge d'un orchestre marocain avec une ambiance plus feutrée et un ticket d'entrée plus à la portée, 600 DH. Pour ceux qui voudraient venir en famille, le Paradisier, restaurant à la carte, propose une soirée avec un menu intéressant pour 400 DH par personne. Le Kabila Hôtel à Tétouan, offre à ses clients un dîner de gala pour 450 DH avec animation et un menu de fête. Pour le Kabila, la soirée est perçue plus comme un outil de promotion. “Même si on fait salle pleine, je ne rentrerai pas dans mes frais, c'est juste pour mieux faire connaître l'établissement”, explique Samir Saleh, directeur du Kabila Hôtel. Pour d'autres, ce n'est pas nécessaire de mettre le paquet. Tel est le cas de l'Intercontinental à Tanger. La raison en est toute simple, lourdeur des charges et faiblesse des marges. “Pour rentrer dans mes frais, je devrais vendre la soirée à un prix exorbitant, avec le risque d'attirer peu de monde”, se plaint Mounir Benkirane, directeur de l'Intercontinental. A titre d'exemple, pour un orchestre “d'entrée de gamme”, le cachet démarre à partir de 30.000 DH, et il faut réserver bien à l'avance, note-t-on. De même pour les fruits de mer, principaux ingrédients de cette soirée et qui voient en ces dates leurs prix varier du simple au double. Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc