×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Les Gnawa feront encore une fois vibrer Essaouira

Par L'Economiste | Edition N°:1517 Le 13/05/2003 | Partager

. Musiques africaines, transes et «lilas« marqueront aussi l'édition de cette année La sixième édition du Festival d'Essaouira Gnawa et musique du monde s'annonce haute. La programmation promet des moments de transe. Du 26 au 29 juin, Essaouira, avec son cachet authentique et festif, fera vivre aux mélomanes des moments forts. La scène cette année sera parée d'artistes de renom et de jeunes musiciens en herbe. D'ailleurs, la devise du festival est d'introduire les jeunes musiciens marocains afin de leur ouvrir la voie du professionnalisme. Pari réussi. Durant les précédentes éditions, Essaouira a accueilli des jeunes qui cartonnent aussi bien au Maroc qu'à l'étranger. La musique gnawie bénéficie d'un net regain d'intérêt de la part de la nouvelle génération artistique. Le métissage des genres musicaux a donné naissance à une musique universelle qui raconte les petites histoires de chaque ethnie de façon harmonieuse. Quatre jours durant, Mogador se propose d'être une passerelle entre l'Afrique, le Maghreb et le reste du monde. L'intensité de ces rencontres a fait du Maroc une plaque tournante pour les musiques du monde. Avec la programmation de 2003, le festival confirme sa confiance dans l'universalité. Tous les courants seront là. Du jazz à la world music contemporaine, sans oublier la musique gnawie, le festival est désormais un carrefour d'échanges. Le retentissement économique d'Essaouira est garanti. Il n'y a qu'à voir le nombre de touristes qui prennent d'assaut la ville, pour comprendre qu'elle est devenue une destination incontournable pour le tourisme culturel. Depuis sa création en 1998, le festival a acquis ses lettres de noblesse auprès de musiciens internationaux. Cette année, le festival verra une participation massive d'artistes africains. Ainsi, l'énergie typique de Mamar Kassey venu du Niger et la chaleur de Sibri Samaké, musicien malien, transporteront la foule dans la quintessence du répertoire africain. Le retour de la formation rebelle maghrébine Gnawa Diffusion enchantera sans doute les partisans de la chanson engagée. Gnawa Diffusion est le reflet symbolique de ce que les immigrés en France ont vécu. C'est Amazigh Yassine, leader de son groupe, qui le déclare et le clame. Il se sent proche de ces hommes déracinés. Fils du célèbre écrivain algérien Kateb Yacine, il développe très vite une philosophie combative, voire contestataire.La transe pratiquée dans le cadre du rite de possession (possession par les mlouks ou jnouns) ou «lila de derdeba« sera aussi au rendez-vous. Ces “lilas” ne sont pas uniquement une danse mais aussi des rythmes envoûtants qui auraient des vertus thérapeutiques. Hayat KARIM ALLAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc