×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les fusions/acquisitions devraient chuter de 56%

Par L'Economiste | Edition N°:3167 Le 10/12/2009 | Partager

. L’investissement international s’est effondré en 2009. Ces opérations devraient mobiliser quelque 600 milliards de dollars Les fusions et acquisitions internationales devraient diminuer de 56% en 2009 par rapport à 2008, baisse la plus marquée d’une année sur l’autre depuis 1995 (voir le graphique). Cette estimation repose sur une analyse, effectuée par l’OCDE, des données concernant les opérations internationales de fusions et d’acquisitions enregistrées au 26 novembre 2009. Ce recul tient pour une large part à la baisse de 60 %, en valeur, des fusions et acquisitions transnationales réalisées par les entreprises basées dans la zone de l’OCDE. Ces opérations, qui atteignaient 1.000 milliards de dollars en 2008, sont tombées à 454 milliards en 2009. Plus globalement, les investissements directs étrangers (IDE) en direction des pays de l’OCDE devraient chuter en 2009 à 600 milliards d’euros contre 1.020 milliards en 2008 (-41%).Mais cette évolution est également due à la première forte contraction des opérations de fusions et d’acquisitions à destination et en provenance des grandes économies émergentes. Les opérations internationales de fusions et d’acquisitions réalisées par les entreprises basées en Afrique du Sud, au Brésil, en Chine, en Inde, en Indonésie et en Russie ont diminué de 62 %, passant de 121 milliards de dollars en 2008 à 46 milliards en 2009.Les opérations de fusions et d’acquisitions à destination de ces mêmes pays devraient accuser cette année une baisse proche de 40%, d’un peu moins de 140 milliards de dollars en 2008 à un peu plus de 80 milliards. «Les gouvernements devaient intensifier leur action pour promouvoir l’investissement des entreprises», avait indiqué Angel Gurría, le Secrétaire général de l’OCDE dans une allocution qu’il a prononcée lors de l’ouverture du Forum mondial de l’OCDE sur l’investissement, qui s’est tenu à Paris. «Dans le contexte d’une économie mondiale fragile et d’un net repli de l’activité d’investissement international, qui s’étend à présent aux économies émergentes, les responsables de la politique à l’égard de l’investissement ne peuvent rester inactifs», a déclaré Gurría.«Le protectionnisme dans le domaine de l’investissement met gravement en danger la reprise en réduisant davantage les flux d’investissements internationaux au moment même où ils sont le plus nécessaires. De plus, les défis mondiaux exigent un volume d’investissements qui dépasse de loin les ressources publiques disponibles. L’investissement des entreprises est une composante essentielle de la solution» a ajouté Gurría. Ces estimations, les plus, récentes montrent qu’au total l’investissement direct étranger dans les 30 pays de l’OCDE tombera à 600 milliards de dollars en 2009, contre 1.020 milliards en 2008.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc