×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les experts se penchent sur la problématique de l'eau…

Par L'Economiste | Edition N°:1531 Le 03/06/2003 | Partager

. …mais aussi de l'assainissement, des déchets et du cadre de vie. L'Association des ingénieurs municipaux de France tient son 82e congrès à CasablancaDepuis hier lundi 2 juin, Casablanca abrite le 82e Congrès AGHTM, l'Association générale des hygiénistes techniciens municipaux de France, et qui doit s'achever le 5 de ce mois. Un rendez-vous incontournable de chercheurs, ingénieurs, spécialistes et praticiens sur des sujets d'actualité en eau et environnement. En plus des membres de l'Association, y participent Lydec, l'ONEP, les collectivités locales et tous les spécialistes de l'eau et de l'environnement.L'ouverture de cette grande rencontre, qui a eu lieu à la wilaya du Grand Casablanca, a été marquée par une table ronde sous le thème «Accès aux services d'eau et d'assainissement«. Aujourd'hui, sur le plan mondial, l'offre en eau baisse, la demande augmente et se diversifie. Ce qui annonce une pénurie inéluctable de la ressource. «En 2050, 9 milliards d'humains devront être approvisionnés en eau potable saine«, a annoncé Houria Tazi Sadeq, membre de la Chaire Unesco interdisciplinaire pour une gestion durable de l'eau. Autre chiffre, 1 milliard d'habitants dans le monde ne disposent pas encore de service d'eau potable. C'est dire les efforts colossaux qui doivent être déployés dans ce sens. Selon Christophe Le Jalle, membre de l'Association PS-EAU (Solidarité Nord-Sud), 2,4 milliards de personnes n'ont pas encore de système d'assainissement approprié.. Opération de proximitéD'où l'intérêt de mener des opérations de coopération de proximité. «Il ne suffit pas seulement d'une question d'offre, c'est-à-dire d'expertise technique et de moyens financiers, mais aussi et surtout d'une évaluation précise des besoins avec l'implication de tous les acteurs«, ajoute-t-il.De son côté, Alain Henry de l'Agence française de développement (AFD) estime que le Maroc est l'un des rares pays où plusieurs acteurs, à la fois publics et privés, interviennent dans la gestion de l'eau. Un atout, selon lui, qui permet de comparer les différentes performances et donc de pousser à une plus grande compétitivité du secteur. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc