×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Les emprunts Euros sur la pente

· Après le démarrage en flèche de janvier, le marché marque le pas

Par L'Economiste | Edition N°:444 Le 16/02/1999 | Partager

Les emprunts d'Etat de la zone Euro poursuivent leur mouvement de repli. Ils ont démarré une nouvelle semaine avec l'espoir de sortir de leur spritale baissière.
Le marché européen est influencé par Wall Street. Il balance avec les effets du Trésor américain, où le rendement du T-Bond à 30 ans a retrouvé son plus haut niveau depuis le 25 août dernier (5,43%).
Selon des traders, des flux vendeurs ont été observés dès l'ouverture, lundi, sur le Bund, mais le mouvement ne s'accélère pas encore.
A noter que le marché américain a "très mal réagi" à la décision de la Banque du Japon de ne pas augmenter les volumes de ses interventions sur les emprunts d'Etat (JGB). Cependant, la flambée des rendements sur le papier long nippon fait planer la crainte d'un rapatriement des investissements au Japon à l'approche de l'échéance fiscale.
Les analystes sont unanimes: "La courbe des rendements sur le Bund s'accentue". Il est souligné que la pression vendeur se fait surtout sentir sur la partie longue (10 ans) de la courbe. La partie courte (2-5 ans), elle, résiste bien.

Dans le mouvement général de baisse en Europe, les obligations britanniques sont celles qui ont le plus souffert, car elles étaient devenues "très chères" et "techniquement en position de faiblesse".
Par ailleurs, du côté des taux directeurs, les avis demeurent partagés sur la possibilité d'une baisse par la Banque Centrale Européenne (BCE).
Beaucoup estiment que la BCE attendra le printemps avant d'abaisser ses taux.
Plusieurs facteurs devraient pousser la Banque Centrale à différer son action. D'abord, les négociations salariales dans la métallurgie allemande pourraient déboucher sur des hausses de salaires et donc changer l'équation de l'inflation dans ce pays. Ensuite, la faiblesse de l'Euro face au Dollar (sous les 1,13 Dollar pour un Euro vendredi) pourrait retarder la décision de la BCE.
Quelques analystes semblent toutefois persuadés que la baisse des taux interviendra plus tôt. "La BCE pourrait agir dès mars et réduire au total les taux de 75 points de base d'ici six mois", est-il indiqué.

Hanaâ FOULANI (Reuter, AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc