×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Les douze travaux d’Hercule d’Omrane

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. Deux nouvelles zones urbaines à Tanger. Tétouan: Pari complexe de requalification des quartiers Mise à niveau des quartiers sous-équipés, création de nouvelles zones urbaines, résorption des bidonvilles… Les chantiers dans la région du Nord sont énormes, et la société d’aménagement Al Omrane Al Boughaz, filiale d’Al Omrane (voir encadré) créée en décembre 2005 tourne à plein régime. Le programme le plus spectaculaire est l’aménagement de deux zones urbaines lancées dans la région de Tanger. La première, Ibn-Battouta, s’étale sur 120 hectares. 16.000 logements devraient y être construits. Cette zone permettra de «soulager» la pression sur Tanger-ville. Dans cette opération, le holding publique prend en charge l’infrastructure de base, alors que la construction des logements et équipements sociaux sera assurée par le secteur privé. Ibn-Battouta coûtera 360 millions de dirhams et sera livré dans un an.La deuxième zone, Al Irfane, se trouve à côté de l’aéroport. Elle sera érigée sur 60 hectares et abritera 18.000 logements sociaux. L’opération, dont le coût global est de 180 millions de dirhams, serait achevée en juin 2007.A Tanger et encore plus à Tétouan, la réhabilitation des quartiers, dont de nombreux se sont développés dans l’anarchie est sans doute le plus complexe. Un plan d’action sur 4 ans est mis en place et bénéficiera à 66.600 ménages pour un coût global de 620 millions de dirhams.Plusieurs actions sont au stade des études, alors que d’autres ont été lancées.A Tanger, les quartiers ciblés sont Moghogha et Haoumat Chouk. Les travaux ont démarré au printemps et s’achèveront dans un mois, selon les responsables d’Al Omrane.Dans la ville de Tétouan, la priorité a été accordée aux quartiers Smihiyine, Aïn Khabbaz, Ingéniorés et Sidi Driss. Des travaux de réhabilitation seront également réalisés au sein des quartiers Foum Aliq, Chrifa, Ain Choufou» et «Salam à M’diq, où 500 logements sociaux sont prévus. Idem à F’nideq, où les quartiers Rass Louta et Aghattass sont prioritaires.A Chefchaouen, la priorité est accordée aux quartiers Loubar Sidi Boujemaa et Grencif. Le pavage de certaines ruelles de la médina de cette ville est en cours. La restructuration des quartiers Dhar Benayad et Hnain entamée en septembre 2005 s’achèvera en fin d’année.Par ailleurs, dans cette région dont 20% de la population habitent dans des logements insalubres, les opérations du programme Villes sans bidonvilles concernent 10.170 ménages. 606,80 millions de dirhams dont 258,64 apportés sous forme de subvention par le fonds social de l’habitat seront investis. La ventilation par ville du nombre de ménages concernés place Larache en tête avec 5.434 ménages. Viennent ensuite Tanger avec 3.074, Fahs-Anjra avec 962 ménages et Tétouan 700 ménages. Al Omrane Al Boughaz a opté pour une stratégie d’intervention différente: démolition de la baraque,  transfert sur le site d’accueil et démarrage de l’autoconstruction en même temps que l’aménagement et l’équipement des sites. Auparavant, il fallait d’abord aménager le site et procéder par la suite à la démolition et au relogement des habitants des baraques. Cette «stratégie» a permis en moins de deux ans de reloger plus de 3.400 ménages dans cette région, affirment les responsables d’Al Omrane Al Boughaz.


Carte de visite

Al Omrane est né de la fusion de l’Anhi, de la Snec et d’Attacharouk. En plus de sa filiale qui pilote ses opérations au Nord, le holding compte une autre filiale qui couvre les zones sud, la société d’aménagement Al Omrane Al Janoub qui couvre les régions de Guelmim-Es-Smar, Laâyoune-Boujdour-Saquia El Hamra et Oued Ed-Dahab-Lagouira. Les deux filiales du holding disposent de l’autonomie totale. Elles se chargent de l’exécution du volet opérationnel de l’activité en réalisant des programmes pour le compte du holding ou en maîtrise d’ouvrage directe.A terme, l’objectif est la création du Groupe Al Omrane, ce qui nécessite l’intégration des Erac. Le principe est acquis sur le plan politique, mais le processus d’intégration est plus lent que prévu. Selon le schéma projeté, les Erac deviendraient des filiales régionales de Al Omrane.K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc