×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Les conseils du Centre de l'Entreprise du Maroc : Le processus de décision

    Par L'Economiste | Edition N°:191 Le 03/08/1995 | Partager

    Nombre d'entreprises, particulièrement des PME, décident de façon méthodique, rationnelle et pourtant sans le savoir! Ont-elles déjà eu le temps, pris le temps de rendre systématique le processus de décision?


    Au quotidien, le dirigeant, le cadre supérieur, est appelé à trancher. Dois-je privilégier telle commande plutôt que telle autre? Dois-je aviser ma banque qu'il est probable que je dépasse le découvert convenu à la fin de ce mois? Faut-il attribuer la responsabilité du projet à celui-ci ou à celle-là?
    Des choix plus fondamentaux sont effectués à chaque étape de développement de l'entreprise. Doit-on recruter ou promouvoir les ressources humaines en place? Faudra-t-il investir en équipement supplémentaire ou sous-traiter pour faire face à un marché qui dépasse nos capacités actuelles
    La rapidité de réaction est la plupart du temps vitale. Faut-il pour autant se précipiter dans une impasse? Mûrir une décision, la préparer, rationaliser et systématiser son processus sans perdre de la célérité nécessaire exigent une approche méthodologique de laquelle pourrait s'inscrire le décideur tout en l'adaptant à son tempérament et à ses besoins.

    Perception et définition d'un problème
    Une information fortuite ou provenant du système d'information mis en place par l'entreprise met en exergue une situation où le décideur doit prendre parti. Il doit trancher entre plusieurs solutions possibles. Or, l'entreprise aujourd'hui évolue dans un univers incertain. Aussi le décideur doit-il d'abord réduire au maximum le degré d'incertitude en précisant d'abord le domaine de définition: nature et caractéristiques du problème à résoudre. Il s'agit la plupart du temps de se poser les bonnes questions. Quelles sont les sources probables du dysfonctionnement? S'agit-il d'un problème technique, commercial, humain?

    Collecte et traitement de l'information
    Une fois que l'éventail du problème est réduit à quelques paramètres, le système d'information devra fournir les données. Ces données à leur tour devront être traitées et interprétées pour une identification plus précise des objectifs à redresser ou à élaborer lorsqu'il s'agit d'une opportunité. C'est la phase du diagnostic.

    Détermination des solutions possibles
    Il y a généralement plus d'une solution à un problème. A titre d'exemple, pour faire face à de nombreuses commandes insatisfaites, l'entreprise pourrait adopter une organisation différente du travail ou bien moderniser son parc machines, comme elle pourrait embaucher des équipes supplémentaires pour utiliser davantage l'équipement existant. Augmenter sa part de marché nécessite qu'on choisisse entre une baisse de prix ou une politique de promotion tous azimuts. Dans ce dernier cas d'ailleurs, il est parfaitement possible de "mixer" plusieurs actions.

    Evaluation des solutions
    Il ne saurait cependant y avoir de choix sans une évaluation des conséquences des diverses possibilités d'action. Que rapporte chacune de ces actions?, et bien entendu que coûte-t-elle? Est-elle réalisable au vu des moyens qu'on peut mobiliser (humains, financiers).

    Prise de décision
    "Qui ne risque rien n'a rien". L'adage populaire est tempéré par l'effort de quantification, d'évaluation des solutions. Le décideur optera pour la solution qui corresponde à la stratégie de l'entreprise, aux orientations du conseil d'administration (lorsqu'il existe) en tenant compte du rapport coût/avantage.

    Application de la décision et évaluation des résultats
    La mise en oeuvre des énergies et compétences de l'entreprise en vue d'atteindre le (s) objectif (s) fixé (s) requiert, de la part du décideur, les actions habituelles de planification, de coordination et d'instructions données à chaque service ou département concerné. Lorsque l'option adoptée innove par rapport à l'ancien process, il renforcera l'efficacité en informant et formant le personnel. C'est le cas également lorsque le développement s'effectue par l'installation d'équipements récents.
    L'application de la décision ne va pas sans le contrôle et le suivi sans lesquels aucune décision si bonne soit-elle ne portera ses fruits.

    Source: CEM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc