×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les chiffres des activités-clés

Par L'Economiste | Edition N°:506 Le 13/05/1999 | Partager

· La production céréalière sera faible dans l'ensemble
· La production agrumicole baisse, celle des primeurs reste stable

· Céréales d'automne

Elles ont été durement éprouvées par les carences pluviométriques. La situation était même hypothéquée dès le départ avec la chute de 6% des superficies ensemencées à 4,7 millions d'hectares. Bien que les chiffres ne soient pas encore disponibles, le Ministère s'attend à une production très faible dans l'ensemble. Des exceptions sont faites cependant pour les régions de Zaërs, Benslimane, El Jadida ou Meknès où la production céréalière sera satisfaisante.
· Cultures de printemps
Pas de problèmes particuliers pour ces cultures. Evidemment, la chute importante des céréales d'automne leur a amplement profité. La superficie ensemencée de maïs est ainsi passée à 307.000 ha (47% de plus que l'année dernière). Celle des pois-chiches est évaluée à 110.000 ha (+57%). Seule fausse note, le tournesol qui a régressé de 20% à 87.000 ha.
· Primeurs
L'effet des turbulences climatiques reste limité, puisque ces cultures sont pour la plupart localisées dans les zones irriguées. Les premières estimations de la production atteignent 5 millions de tonnes, soit à peu près le même niveau que celui enregistré l'année dernière.
· Arbres fruitiers
La conjoncture pluviométrique défavorable aura peu d'effets sur les arbres fruitiers, puisqu'ils sont soit situés dans les zones irriguées (agrumiers, rosacées), soit naturellement résistants au stress hydrique (oliviers). Il y aura bien une chute de la production agrumicole (de 2,1 à 1,6 tonne), mais elle sera imputable au phénomène d'alternance biologique naturel à ces cultures.
· Betterave sucrière
La betterave n'a aucunement souffert des déficits pluviométriques. Pour preuve, la production prévisionnelle de cette denrée est estimée à 3,3 millions de tonnes contre 2,8 millions lors de la précédente campagne. La superficie betteravière, évaluée à 63.000 ha, a crû de 27%.
· Canne à sucre
Les estimations du Département de l'Agriculture tablent sur une production record de 1,3 million de tonnes. Pour l'heure, les quantités moissonnées sont de 775.000 tonnes, soit 60% de la production prévisionnelle.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc