×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les chantiers Technopolis dans les temps

Par L'Economiste | Edition N°:2737 Le 18/03/2008 | Partager

. Trois mois d’avance sur le calendrier initial. Des sites déjà réservés à RabatRabat sera-t-elle la nouvelle cité des sciences et technologies? Tout porte à le croire si le pôle industriel de Technopolis tient toutes ses promesses. Car, mis à part une activité offshore, la nouvelle structure scientifico-industrielle s’appuie sur le développement des métiers liés aux nouvelles technologies. L’heure n’est-elle pas à la recherche des synergies et aux nouvelles alliances? Technopolis s’inscrit dans cette actualité et opte pour la diversification et la complémentarité. Le projet s’articule autour de quatre pôles d’activité visant à développer les nouvelles technologies. Il s’agit en l’occurrence d’un campus universitaire dédié à la formation dans les filières d’excellence, des centres de recherche, des incubateurs d’entreprises, un soft center (centre de développement de logiciels et centre de design), une zone d’offshoring dédiée aux activités administratives et informatiques et, enfin, un média park qui s’occupera des métiers cinématographiques et de l’audiovisuel. Le projet est ambitieux, à l’image des 3 milliards de DH prévus pour sa réalisation d’ici 2015. «Nous restons sur ces estimations», confie-t- on du côté de Med-Z, qui a la charge de la gestion et de l’exploitation du site. Le capitaine du projet, Mohamed Charkaoui du Groupe CDG est optimiste quant à l’avancement des travaux. «En termes d’aménagements, la première tranche (107 ha), dédiée à l’offshore est avancée à 90%. Les travaux de construction en sont à 70%. La livraison devrait avoir lieu en juillet», explique-t-il. Mis à part cette première partie, la première unité Nemotech a été également lancée, «nous sommes à 20% d’avancement», renchérit le maître de projet. Le marché de l’offshore marocain a le vent en poupe. La forte demande actuelle en témoigne. «Toutes les offres que nous avons ont été faites spontanément», confirme Bennouna et d’ajouter que «contrairement à Casaneashore, Technopolis n’a bénéficié d’aucune campagne publicitaire. Il n’y a pas de stratégie définie en marketing». Par ailleurs, le module soft center, qui est resté en stand-by pendant longtemps, émerge enfin. Cette structure qui s’étend 6.500 m2 devrait absorber, à elle seule, entre 30 à 40% du potentiel d’emploi, d’où son importance. «Sa réalisation est en cours. Le projet a démarré au sein de l’INPT (Institut national des postes et télécommunications). Il va être livré d’ici 18 à 20 mois», confie-t-on du côté de Med-Z. Il faudra donc quelques mois pour faire ressusciter le soft center, l’âme du Technopolis. Pour l’heure, un autre souci semble inquiéter de département des technologies de l’information. Il s’agit d’un aspect purement technique. «Pour rester fidèle à l’esprit du projet, un comité de pilotage devait être formé. Il n’en est rien», explique Bennouna qui suit le projet depuis 5 ans déjà et qui insiste sur le respect de la vocation et de la spécificité du programme. En définitive, Technopolis attise les passions et séduit déjà les investisseurs. Il avance à grands pas, mais... sans tambour ni trompette!


Les sites réservés

Alors que le chantier du Technopolis est toujours en cours, des sites ont déjà été retenus. Sur les 48.000 m2 prévus pour un plateau de bureaux, Axa Assurance espère se tailler la part du lion avec une réservation de 6.000 m2. Elle est suivie de près par la SNRT qui espère obtenir 5.000 m2 et Alcatel Maroc (4.500 m2). El Jazeera et Cap Technologies ont réservé respectivement 1.000 et 900 m2. Les attributions sont toujours en cours, «on n’en a confirmé aucune. Pour l’instant, il n’y a que des promesses de bail. Les contrats n’ont pas encore été signés», confirme Mohammed Bennouna, chef du projet au département des technologies de l’information.Amira KHALFALLAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc