×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les bonnes notes de 1998

    · Plus de 1.300 Palio vendues en un mois et demi

    Par L'Economiste | Edition N°:441 Le 11/02/1999 | Partager

    Bonne année 1998 pour l'automobile au Maroc. Les ventes de véhicules importés montés mettent le turbo, suivis par celles des poids lourds. Le montage local, en revanche, marque un peu le pas.

    Le moteur du secteur automobile tourne à plein régime. Sur le tableau de bord, tous les moniteurs voient leurs aiguilles à la hausse. Durant l'année 1998, les immatriculations de voitures neuves ont progressé, selon les statistiques de l'AMICA, de 12% par rapport à 1997, s'établissant à 60.262 unités.
    A l'origine de cette évolution, le bon comportement des voitures importées montées (CBU). Les concessionnaires de la place rivalisent à coups de promotions commerciales et d'introductions de nouveaux modèles pour grignoter des parts sur un marché convoité. Résultat, le secteur dans son ensemble réalise un bond de plus de 27%. Peugeot détient la palme du constructeur le plus performant avec 10,81% de part de marché, talonné de près par Renault (8,81%). Pour le mois de décembre, les performances des deux Français s'inversent, puisque Renault réalise 250 unités et Peugeot 197, soit un cumul annuel respectif de 2.136 et 2.619 véhicules.
    Plus spectaculaire, le bond des VUL (véhicules utilitaires légers): plus de 46% en 1998 et 3.545 unités vendues. Le succès de Renault, qui détient 43,6% du marché sur ce segment, y est pour beaucoup. Citroën, grâce au C15, arrive en deuxième position avec 2.232 unités vendues, soit 20,29% de part de marché.
    Le montage local en revanche reste pratiquement sur ses positions de l'année dernière. Ainsi, 17.250 unités ont été écoulées contre 17.274 pour 1997. L'effet "voiture économique" a finalement marqué le stop avec un recul de 44% des ventes de la Uno essence et de 53% du diesel. Mais l'année est marquée par l'arrivée de ses deux cadettes. Et c'est la benjamine, la Palio, arrivée en force début novembre, qui a redoré le blason. Pour sa courte vie sur les chaînes de la Somaca, le petit modèle a réalisé 1.347 unités, dont 787 pour l'essence et 560 pour le diesel. Cette performance s'est évidemment répercutée sur tout le segment des CKD. De 539 en novembre, les immatriculations des voitures montées localement sont subitement passées à 1.183 en décembre.
    Bonne évolution aussi pour les poids lourds. Les ventes ont augmenté de 17%. Les 367 unités immatriculées au cours du mois de décembre sont venues renforcer la performance 1998. Le total des poids lourds immatriculés au cours de l'année s'est monté ainsi à 4.745 unités. Curieusement, ce sont les deux extrêmes, les poids lourds de faible tonnage ainsi que les grands remorqueurs qui font l'essentiel de l'évolution. Les véhicules compris entre 3,5 et 7,9 tonnes augmentent de plus de 28%, ceux de 8 tonnes marquent une progression de 29%. Les poids moyens en revanche enregistrent une contre-performance de 53% pour les 14 tonnes et de 16% pour les 19 à 26 tonnes. Au-delà, les bonnes notes reviennent avec 29% de plus pour les 38 tonnes.

    Ghassan KHABER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc