×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les administrateurs font du forcing

Par L'Economiste | Edition N°:1606 Le 22/09/2003 | Partager

. Après les matinées, ils prévoient une grève nationale de deux jours cette semaine. 15.000 lettres personnelles envoyées à la Primature Même une série de grèves toutes les matinées entamées depuis le 14 septembre n'a pas réussi à faire sortir le gouvernement de son mutisme. Le régime indemnitaire aussi bien des ingénieurs que des enseignants universitaires a été revu à la hausse. En 2002 pour les premiers et pas plus tard que le 5 septembre dernier pour les seconds. Cette dernière décision devrait coûter la bagatelle de 850 millions de DH. Ne voyant rien pointer à l'horizon, les administrateurs ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Une grève nationale de deux jours est prévue pour les 24 et 25 septembre et un grand rassemblement sera organisé le 27 du même mois à Rabat. La Primature risque aussi de recevoir une avalanche de lettres personnelles de 15.000 administrateurs. «C'est devenu une question de dignité bafouée», crient en choeur les différents syndicats représentés dans le Comité de coordination des administrateurs et cadres assimilés. «C'est à croire que nous sommes devenus les parias de l'administration publique, remarque un syndicaliste. Même notre poids, qui devrait être un avantage est devenu un argument tourné contre nous par le ministère des Finances pour justifier son refus de tout alignement sur les ingénieurs». Pourtant, ce n'est pas le nombre qui pose réellement problème, assure un autre syndicaliste. Si les ingénieurs sont au nombre de 8.000, les administrateurs, y compris les cadres assimilés comme les inspecteurs ne dépassent pas 15.000. Les statistiques avancées par l'administration notamment le chiffre de 55.000, servaient plus à noyer le poisson qu'à trouver une véritable issue. La vérité, c'est que les ingénieurs ont leur lobby et les enseignants universitaires ont su monnayer leur adhésion à la réforme universitaire. Les administrateurs n'ont rien de tout cela, sinon leur poids qui leur porte préjudice aujourd'hui. Najib Zerouali, en charge de la modernisation des secteurs publics, n'a plus donné signe de vie depuis la réunion du 19 août dernier lors de laquelle il les a informés des propositions du gouvernement. Les administrateurs, qui étaient toujours traités sur le même piédestral que les ingénieurs jusqu'à 2002, seraient dorénavant alignés sur le régime indemnitaire des fonctionnaires de l'Education nationale avec date d'effet à partir de septembre 2003 étalée sur trois tranches. Zerouali avait promis néanmoins de préparer avant fin décembre 2003 un statut spécial pour les administrateurs titulaires d'un diplôme. Le but non avoué est de réduire le nombre des administrateurs et par là même les charges du budget. Seulement comment Zerouali pourrait promettre aux administrateurs un nouveau statut alors que le gouvernement envisage de réduire le nombre de statuts dans la fonction publique? Cette discrimination n'est pas toutefois du goût des administrateurs et corps assimilés qui considèrent que les ingénieurs aussi ne sont pas tous des diplômés. Il y a parmi eux des techniciens qui ont obtenu le grade d'ingénieur par l'ancienneté ou la promotion.


Rencontres avec des ministres

Les administrateurs ont entrepris des contacts directs avec plusieurs ministres pour mieux leur expliquer la situation. Mohaned Laânser, lui-même ancien administrateur qui les a déjà reçus, a promis de leur apporter son soutien. D'autres ministres, comme Mustapha Mansouri, Mohamed Aujjar, Mohamed El Yazghi, Khaled Alioua, ont donné leur accord pour une prochaine rencontre.Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc