×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les aciéries sur la piste d'un substitut de ferraille

Par L'Economiste | Edition N°:1621 Le 13/10/2003 | Partager

. De plus en plus rare, la ferraille ne répond plus à l'approvisionnement des aciéries. Les professionnels arabes se sont réunis à Marrakech pour étudier de nouveaux procédésComment être compétitif dans une industrie, certes lourde, mais dont les procédés et techniques évoluent rapidement? L'heure est à l'aciérie électrique qui séduit les industriels qui ont du mal à faire face aux prix élevés des produits de base. Le forum international, coorganisé par la Société nationale de sidérurgie (SONASID) et l'Union arabe du fer et de l'acier (UAFA) la semaine dernière à Marrakech, a été justement consacré aux nouvelles technologies de production d'acier à partir de fours électriques. Un rendez-vous annuel organisé par l'UAFA pour parler des nouveaux procédés mais aussi nouer des partenariats, que ce soit dans le transfert technologique ou autre. Et ce n'est donc pas sans raison que les deux grands producteurs nationaux, Sonasid et Atlas Sit, se sont mobilisés pour apporter leur soutien à la manifestation. Rappelons que la production d'acier au Maroc a connu une évolution significative en 2002 avec environ 700.000 tonnes de ronds à béton et 200.000 tonnes de produits laminés à froid. C'est ce qu'indiquent les statistiques du ministère marocain de l'Industrie. A priori, ces chiffres devront être améliorés grâce aux nouveaux projets, comme la production des billettes d'acier, en vue de renforcer la compétitivité de la production d'acier. Un projet pour lequel une entreprise comme la Sonasid consacre près d'un milliard de DH. Sur le plan mondial, il n'est pas évident de faire des prévisions sur un marché plus ou moins instable. D'autant plus que la ferraille devient de plus en plus rare. La technologie de production d'acier à partir de fours électriques contribue actuellement à hauteur du tiers à la production mondiale. “Cette proportion est appelée à s'accroître lors des prochaines années en dépit de difficultés liées notamment à l'approvisionnement en ferraille et la fluctuation des prix sur les marchés internationaux”, souligne Abdelouahab Ben Sari, PDG de la Sonasid. Au Maroc, par exemple, l'offre moyenne annuelle de ferraille ne dépasse guère 150.000 tonnes. Vu le faible niveau des ressources en ferraille dans le monde arabe, une autre technologie est de plus en plus préconisée dans la région, celle des substituts de ferraille. La technologie du pré-réduit utilise les minerais de fer réduits par le gaz ou le charbon. Les pays arabes sont de ce fait plus à même de se tourner vers cette technologie puisqu'ils ont du gaz naturel.


Carte de visite

L'Union arabe du fer et de l'acier (UAFA), dont le siège est en Algérie, est une organisation créée dans les années 1970. Elle sera ainsi un des premiers organismes dont l'objectif est de développer une industrie, en l'occurrence celle de la production d'acier. Aujourd'hui, ce sont quelque 77 entreprises qui sont membres de l'UAFA répartis entre 15 pays arabes. Les membres de l'Union produisent à peu près 13 millions de tonnes d'acier, soit 90% de la production du monde arabe. Cependant, celle-ci représente moins de 5% à l'échelle mondiale qui dépasse les 800 millions de tonnes. C'est dire les efforts qui restent encore à faire. Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc