×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

L'élection des maires dans le désordre

Par L'Economiste | Edition N°:1606 Le 22/09/2003 | Partager

. Le sort de Rabat scellé aujourd'huiC'est l'effervescence dans les états-majors des partis engagés dans la course pour le contrôle des mairies des grandes villes. C'est l'heure des tractations pour constituer des alliances de dernière minute, même au risque qu'elles soient parfois contre-nature. L'essentiel est de remporter la mairie au point que les élections des Conseils préfectoraux pour le 24 septembre passent inaperçues. La campagne électorale qui a démarré ne semble pas accrocher grand monde. Toute la classe politique est focalisée sur les élections des présidents des Conseils. Si le cas de Salé a été réglé dans la douleur en faveur de Driss Sentissi (MP), le feuilleton de Rabat prend fin aujourd'hui. En effet, les grands électeurs sont convoqués ce lundi à 10 heures à la salle de la wilaya pour élire leur maire. La bataille entre les deux prétendants à ce poste sera rude. D'un côté, l'USFP présente Ahmed Rih. En face, le Mouvement Populaire avance Omar Bahraoui. Chaque camp manœuvre pour rallier le maximum d'élus de son côté et pointe ses troupes de peur de voir des éléments faire fausse route en cours de chemin. Certains sont tentés par l'appât du gain. On dit dans les coulisses que le prix de la voix atteint 400.000 DH sans pouvoir le prouver. A cela s'ajoute la promesse d'accorder des responsabilités dans le futur bureau. Tout le monde sait que les grands électeurs ont de grands appétits. Dans les rangs de certains partis, on surveille de près des élus qui risquent de craquer devant cette somme et jeter aux oubliettes les consignes de leurs états-majors. Bahraoui cache son jeu et compte garder l'avantage de la surprise. Outre ses amis de la mouvance populaire, il compte chasser sur d'autres terres. La majorité gouvernementale le tente beaucoup. Selon ses proches, il avait bien calculé son jeu bien avant les élections en plaçant ses amis dans d'autres partis. Aujourd'hui, ils vont le rejoindre, d'autant que le vote de l'élection du président du Conseil de la ville est secret. Le PJD pourrait le soutenir pour barrer la route à l'USFP, leur ennemi politique. En tout cas, chacun affûte ses armes et fait les yeux doux aux autres. Abderrahman Youssoufi a voulu réactiver la Koutla pour conserver le contrôle de Rabat, considérée comme le fief historique des socialistes. A l'éventualité de la perdre, les militants de l'USFP se fâchent. Pour eux, il est inadmissible d'imaginer cette hypothèse. Alors, tout est fait pour barrer la route à l'adversaire. Le scénario de ce que sera Rabat demain est déjà écrit par les socialistes. La présidence du conseil confiée à Ahmed Rih (USFP), qui s'appuiera sur une équipe composée de Nabil Benabdallah, ministre et membre du bureau politique du PPS, Rachid Cherkaoui de l'Istiqlal et Rachid Balafrej, membre de la commission administrative de l'USFP… A Casablanca, les surprises peuvent surgir à tout moment, avant l'élection programmée mardi 23 septembre. Le premier accord conclu entre les partis de la majorité pour organiser deux tours pour départager les candidats de la Koutla pourrait être remis en cause. Une réunion de dernière chance entre les deux principaux partis pour trouver une autre formule d'accord est évoquée. Sinon, Karim Ghallab, de l'Istiqlal, devra affronter Khalid Alioua, membre du bureau politique de l'USFP et Mohamed Sajid. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc