×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Législatives 2007
Mobiliser par la performance économique

Par L'Economiste | Edition N°:2208 Le 07/02/2006 | Partager

. L’USFP veut se rapprocher du secteur productif. Tirer les leçons de la participation au gouvernement«La société change. Elle bouge. Sur le plan démographique, mais aussi au niveau des valeurs. La base électorale de notre parti a aussi changé». C’est en résumé une des grandes conclusions auxquelles est arrivé le groupe de réflexion réuni, le week-end dernier, à El Jadida. Les participants préconisent donc que l’USFP doit, à quelques mois des élections législatives de 2007, «approfondir rapidement la réflexion sur comment s’adapter à ces changements». Dans son discours d’abord, mais aussi dans la présentation de ce discours. Il doit, affirme-t-on, s’ouvrir et se réconcilier impérativement avec des catégories qu’il négligeait. De nombreux cadres du parti affirment, en effet, qu’au niveau le plus haut, mais aussi à la base, l’USFP doit nouer des contacts solides notamment avec les promoteurs de l’entreprise productrice de richesse, les associations professionnelles, les réseaux de proximité, les PME, les différents représentants des expressions culturelles… Toutes ces catégories, on s’en doute, ont des demandes, des attentes et des inquiétudes. Le groupe de réflexion propose qu’elles soient «écoutées de manière organisée» et d’essayer d’apporter, un tant soit peu, des «réponses précises» à leurs questionnements. Ceci, en élaborant «des propositions chiffrées, comportant des indicateurs tournés vers la performance». On estime que ces propositions «alimenteront le projet politique et mobiliseront ces catégories lors des élections».Le groupe de réflexion a également proposé d’autres actions dont une campagne de recrutement de nouveaux adhérents au parti, l’examen des listes électorales et la participation active aux campagnes d’inscription sur ces listes… On propose aussi que le jour de vote soit un autre jour que le vendredi.Le groupe de réflexion demande aussi que le parti «tire les leçons de sa participation au gouvernement». Ceci dans le but «d’identifier les prérogatives gouvernementales existantes et diagnostiquer les raisons de leur non-accomplissement». On demande également que soient remises, à l’ordre du jour, les propositions du mémorandum de 1991 relatives au gouvernement et au Premier ministre. Les idées n’ont donc pas manqué aux participants au groupe de réflexion. Les propositions ont concerné le domaine économique aussi. On estime ainsi que «la redynamisation de l’économie et la création des conditions de la croissance doivent occuper une place centrale dans le projet de programme du parti». On pense, dans ce sens, à la révision de l’IGR et de la patente, à une taxe unique, à la formalisation de l’informel et à la lutte contre l’économie de rente et les fuites fiscales…S’agissant du secteur public, les participants préconisent d’étudier le fonctionnement des établissements pour proposer une grande réforme touchant non seulement leur fonctionnement mais aussi leurs missions. Les réformes doivent également intéresser leur gestion budgétaire et devront élargir la marge de manœuvre des ministères. Ceci étant, il est également suggéré de mettre en place des mécanismes de lutte contre l’impunité dans l’administration et les services publics. C’est ce qui a soulevé un grand débat sur les nominations. J. E. HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]om
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc