×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Marchés Financiers

L'économie et la politique sur fond de pêche

Par L'Economiste | Edition N°:623 Le 25/10/1999 | Partager


· Le colloque-Qotbi s'est déroulé le même jour qu'une réunion technique européenne sur la... pêche!
· Youssoufi promet: Pas de renouvellement de l'accord


C'est une très grosse délégation qui est arrivée du Maroc hier à Bruxelles pour remettre sur le tapis la question des relations maroco-communautaires. Cette délégation a tenu son colloque le jour où l'Union Européenne traitait de la pêche, avec dans son ordre du jour un chapitre sur l'accord de pêche avec le Maroc.
Il n'y avait pas de coïncidence dans ces deux événements, le premier monté par le peintre Qotbi, animateur du Cercle d'Amitié Franco-Marocaine (teint pour l'occasion en amitié Euro-Marocaine) et le second qui était un acte de gestion pour le suivi de l'Europe Bleue. Pour la petite histoire, quelques instances communautaires s'attendaient à voir arriver SM le Roi du Maroc. Il est vrai que l'organisation, prévue au printemps dernier par l'Association, avait envisagé l'éventualité de recevoir SAR Sidi Mohammed, à cette époque Prince Héritier. Mais son accession au Trône a évidemment changé les données protocolaires. Il n'en reste pas moins que ce colloque, important par sa date, a été reconnu important par les autorités politiques marocaines et européennes. En effet, M. Youssoufi, le Premier ministre, a fait le déplacement. Pourtant, le Royaume du Maroc n'a plus d'ambassadeur sur place. M. Rachad Bouhlal est rentré à Rabat pour prendre en charge le Secrétariat Général du Ministère des Affaires Etrangères. M. Jettou avait été pressenti pour lui succéder, au moins durant la phase délicate (pêche et association), mais la disparition de Feu Hassan II a remis en question cette architecture.
M. Abdarrahman Youssoufi a rencontré jeudi matin les deux têtes de l'Union Européenne, à savoir le président de la Commission, M. Prodi, et la présidente du Parlement, Mme Fontaine (Cf L'Economiste du jeudi 21 octobre 1999). Très politique, le Premier ministre a ouvert le colloque de M. Qotbi devant un parterre dominé par les Marocains, en indiquant que le Maroc n'avait pas l'intention de renouveler l'accord de pêche. C'est évidemment l'Espagne qui est concernée par cette position. La partie espagnole, qui doit négocier à travers les canaux européens, souhaite néanmoins "poursuivre le dialogue". A mots pas toujours couverts, il souhaite mettre dans la balance le Sahara marocain, les versements budgétaires et glisse le fait que les fonds déjà versés en échange des droits de pêche ont été fort mal utilisés.
Venus en force, les hommes d'affaires marocains et les banquiers font chorus avec les armateurs du Royaume pour presser le gouvernement de n'accepter aucun compromis.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc