×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le trafic aérien international ralentit

    Par L'Economiste | Edition N°:2769 Le 05/05/2008 | Partager

    . Impact de la crise du crédit aux Etats-Unis Le trafic aérien international a confirmé sa tendance au ralentissement au mois de mars, en raison notamment de l’impact de la crise du crédit aux Etats-Unis sur le transport aérien, a annoncé vendredi dernier l’Association internationale du transport aérien (IATA). Elle a, d’autre part, exhorté l’ensemble du secteur, qui doit aussi faire face à la hausse des cours du pétrole et à un ralentissement de l’économie mondiale, à prendre des mesures pour se renforcer. La demande de passagers n’a crû que de 4% en mars, en données corrigées des augmentations de trafic exceptionnelles dues aux vacances de Pâques, selon l’IATA, qui relève que cette croissance n’a été que de 4,3% dans la région Asie-Pacifique, dont les taux de croissance sont pourtant censés l’immuniser contre les effets de la crise américaine. Le trafic aérien international au Moyen-Orient a continué, pour sa part, à afficher une croissance à deux chiffres, de 15,4%, contre 20,4 en 2007. En Amérique du Nord, le trafic international a augmenté de 6,3%; en Europe de 3,7% seulement. Seule l’Amérique latine enregistre une croissance du trafic aérien plus forte que prévu, à 19,7%, dopée par une forte demande des matières premières produites par la région. La consolidation aux Etats-Unis, où Delta Air Lines et Northwest Airlines ont annoncé un plan de fusion de 17,7 milliards de dollars, est bienvenue, mais «si elle devait se limiter à des partenaires nationaux, elle n’aurait pas de sens. Il s’agit d’une industrie mondiale qui doit être gérée comme telle», a commenté le DG de la IATA, Giovanni Bisignani. «La 2e étape des discussions sur l’accord ciel ouvert qui s’ouvrent en mai, doivent déboucher sur une approche moderne des règles de propriété», a-t-il encore estimé.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc